Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Il n'y aura pas d'apparentements de listes généralisés entre PLR et UDC pour les prochaines élections fédérales. Interrogé par la "NZZ am Sonntag", le président des libéraux-radicaux Philipp Müller rejette cette demande de l'UDC, arguant que la base du parti agrarien est "trop extrême" pour celle du PLR.

Plusieurs représentants de l'UDC, dont son président Toni Brunner, avaient réclamé des listes généralisées afin de doper leurs chances pour l'attribution des mandats non assurés. Le PLR, qui procurerait dans ce cas surtout des sièges supplémentaires à l'UDC, campe sur son idée: chaque section doit pouvoir faire ses propres calculs.

Il existe actuellement tout au plus deux ou trois sections cantonales du PLR qui vont tenter de présenter des listes avec l'UDC, souligne Philipp Müller.

On observe "toujours plus de réticences politiques à l'égard de l'UDC provenant de la base du parti, mais aussi des sections cantonales", ajoute-t-il. Le président du PLR précise que les trois quarts des lettres de réponses qu'il reçoit sont opposées à des listes apparentées entre les deux partis.

"Initiatives absurdes"

La grogne générale contre l'UDC, comme exprimée à travers son offensive visant le droit international, est justifiée, poursuit-il. Dans ce dernier cas, les entrepreneurs ne comprendraient pas qu'un petit Etat exportateur suive la volonté de ce seul parti et remette tout en question.

"Sans compter ces projets de nouvelles initiatives UDC extrêmes et absurdes, comme celle qui ne propose de n'accepter que des requérants atteignant la Suisse par voie aérienne", critique M. Müller.

Un autre aspect milite contre des listes généralisées. "Un ralliement du camp bourgeois ne peut pas conduire à un renoncement de sa propre identité", affirme l'Argovien. En se rapprochant trop d'une UDC "qui a viré fortement à droite", le PLR perdrait l'héritage historique de sa libéralité, assure-t-il.

Philipp Müller reconnaît qu'UDC et PLR ont des opinions communes pour ce qui est d est des questions économiques et financières. Cependant, le parti agrarien demeure "très conservateur" ou s'est radicalisé sur de nombreux autres sujets importants.

Critique contre PDC et PBD

Le président du PLR se montre également très critique vis-à-vis du PDC et du PBD, avec lesquels son parti possède le plus de facteurs de rattachement. Le peuple a voté pour un Parlement bourgeois en 2011, "mais à cause de ces deux formations, on lui a servi une politique de gauche, avec redistribution, volonté de tout réglementer et renforcement de l'Etat social", martèle-t-il.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS