Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Pour la première fois depuis le lancement de la grève début avril, le Premier ministre Edouard Philippe a reçu tour à tour les syndicats de la SNCF.

KEYSTONE/AP pool REUTERS/PHILIPPE WOJAZER

(sda-ats)

Pas d'annonce susceptible de dénouer la crise: les syndicats de la SNCF, opérateur français du rail, restaient lundi déterminés à poursuivre la grève. Malgré une rencontre avec le Premier ministre français Édouard Philippe.

Pour la première fois depuis le lancement de la grève début avril, le Premier ministre a reçu tour à tour les syndicats de la SNCF, tentant visiblement de trouver une issue à la crise. Mais M. Philippe a prévenu à l'issue des réunions que la réforme ferroviaire "ne changera pas fondamentalement", même si le texte "peut être encore finalisé" et qu'une nouvelle rencontre est prévue le "24 ou 25 mai", avant l'examen de la réforme au Sénat. Le texte a déjà été approuvé par l'Assemblée nationale, Chambre basse du Parlement français.

La CGT-Cheminots, premier syndicat de la SNCF, en a donc tiré la conclusion: "la grève continue", a lancé son responsable, Laurent Brun.

La réforme vise notamment à abolir le statut des cheminots, qui garantit l'emploi à vie et une retraite précoce, afin, selon le gouvernement, d'abaisser les coûts de la SNCF dans la perspective de l'ouverture à la concurrence en Europe.

Règle d'or

Le conflit reste donc dans l'impasse, chacun semblant camper sur ses positions, tandis que la grève par épisodes - deux jours sur cinq - est prévue pour durer jusqu'à la fin juin.

"Les 15 jours à venir vont être primordiaux", souligne Roger Dillenseger, du syndicat Unsa ferroviaire (2e).

"Toutes les réponses qui nous sont soumises ne sont pas de nature à arrêter la grève", prévient Erik Meyer, porte-parole de SUD-Rail.

La CFDT (4e) se dit elle aussi prête à poursuivre la grève mais a vu un Premier ministre "prêt à ouvrir des discussions".

Sur la dette astronomique de la SNCF - près de 50 milliards d'euros -, le Premier ministre a réaffirmé que l'Etat la reprendrait "progressivement à partir de 2020" et a fixé comme objectif que le groupe public soit "à l'équilibre économique" en 2022. "Une 'règle d'or'" interdira par la suite "un endettement excessif".

Air France dans la tourmente

La huitième séquence de grève débute lundi à 20h00 pour se terminer jeudi matin. La direction prévoit pour mardi trois TGV sur cinq. Le trafic des Eurostar et des Thalys est annoncé quasi-normal. Les liaisons depuis et vers la Suisse (Lyria) et l'Italie sont en revanche touchées.

Quatre allers-retours Paris-Zurich sont prévus, de même que trois allers-retours Paris-Genève, deux allers-retours Paris-Neuchâtel, un aller-retour et un aller simple Paris-Lausanne, selon la page d'informations TGV/Lyria, consultable sur Internet.

Parallèlement, le conflit à Air France semble lui aussi s'enliser. La compagnie a affronté lundi sa quatorzième journée de grève pour les salaires depuis février, avec un trafic cependant en hausse (près de 85% des vols maintenus). L'action Air France s'est effondrée de plus de 13% à la Bourse de Paris, à la suite de la démission de son PDG, vendredi.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS