Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La soufflante promet d'être inoubliable! Le FC Sion a pris la porte au troisième tour préliminaire de la Ligue Europa de manière pitoyable.

Une semaine après sa déroute en Lituanie (3-0), le FC Sion a dû se contenter du nul (1-1) au match retour à Genève devant les Lituaniens du FK Suduva.

Croisé à l'extérieur du stade à la pause, tournant comme un lion en cage, Christian Constantin était totalement dépité par la prestation de son équipe, jusqu'à en éprouver une douleur physique née des hurlements vains qu'il a poussés. La seconde moitié de la représentation, quoiqu'un tout petit peu moins mauvaise, n'a toutefois sûrement pas rassuré un président qui nourrit déjà de grandes craintes pour cette saison et est remonté contre ses joueurs.

Incapable de dessiner ne serait-ce qu'une ébauche de jeu, ce FC Sion aux carences techniques effarantes et à l'abnégation douteuse a quand même tenté de faire meilleure mine. A l'énergie plus qu'au talent (y en a-t-il ne serait-ce qu'une once dans ce vestiaire ?). Deux occasions coup sur coup pour Karlen et Adryan ont rappelé aux Sédunois leur devoir. Et c'est Moussa Konaté qui, d'un tir contré par Kerla à la 55e, a ouvert le score.

Les Valaisans ont bien senti qu'il fallait profiter de cette étincelle et ont poussé. Maladroitement. Dans le chaos et l'improvisation. Sans idée concrète et encore moins brillante. Alors les modestes joueurs du FK Suduva ont tenu bon.

Parfois avec l'aide de leur portier Ivan Kardum, vainqueur de son duel face à Karlen juste avant le but et auteur d'un splendide réflexe sur une tête de Cunha à la 70e. Dix minutes plus tard, les Lituaniens ont profité des largesses du 3-3-4 adverse de la fin de match pour égaliser en contre par Robertas Vezevicius.

Sion sort donc la tête basse et lourde d'une double confrontation dont il était le grand favori (c'est l'indice UEFA du football suisse qui l'en remercie...). Et avec son niveau actuel - qu'il faut lire il est vrai en parallèle avec la liste des absents (les blessés Carlitos, Cümart, Dimarco et Mveng, les pas qualifiés Acquafresca, Lenjani et Bamert) -, il sait pertinemment que la fête va bientôt prendre fin en championnat aussi, où une chance insolente l'a protégé jusqu'ici.

ATS