Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La ligne CFF entre Berne et Fribourg, à hauteur de Flamatt, est soumise aux aléas de la géologie. Le Conseil fédéral ne prévoit pas de contournement pour l'instant (archives).

KEYSTONE/SBB

(sda-ats)

La ligne CFF entre Berne et Fribourg a souvent été victime d'effondrements. La situation s'est toutefois calmée. Le Conseil fédéral n'envisage pas pour l'instant de construire un nouveau tronçon pour contourner Flamatt (FR).

Le gouvernement a pris position mercredi dans un rapport, à la demande du Parlement. La section Flamatt–Schmitten traverse une zone géologique instable. La circulation a été fermée à plusieurs reprises en raison de l’effondrement de talus. Le dernier incident sérieux date de 2007 et avait provoqué une interruption de plusieurs semaines.

Des mesures ont toutefois été prises depuis. Selon le Conseil fédéral, les endiguements protègent globalement la ligne contre d’autres glissements de terrain. Les incidents dus à des catastrophes naturelles ne surviennent pas plus souvent entre Berne et Fribourg que sur les autres tronçons.

Variantes rejetées

Le gouvernement n'en a pas moins étudié plusieurs variantes de contournement. Leur longueur s'étale de 5,1 à 22,4 kilomètres et permettrait des gains de temps de parcours allant de 45 secondes à 5 minutes 30 secondes. Mais aucune option ne satisfait le Conseil fédéral. Elles ont toute un impact négatif sur l'environnement.

Seule la variante la plus longue (bifurcation par Guin et liaison avec la ligne Berne-Neuchâtel avec des mesures complémentaires pour faire face à la charge additionnelle de trafic) atteint la réduction de temps de parcours souhaitée. Mais les coûts sont nettement plus élevés: 2,9 milliards de francs. Les autres variantes coûteraient entre 910 millions et 1,55 milliard.

Les travaux sur l’axe Lausanne–Berne seront donc menés conformément à ce qui a été prévu dans les programmes d’aménagement ferroviaires. L’étape en cours prévoit d’équiper les trains de la technique de compensation de roulis.

A long terme

L'idée d'un nouveau tronçon n'est pas pour autant jetée aux oubliettes. Le Conseil fédéral continue d’envisager à long terme la possibilité de réaliser sur la ligne Lausanne–Berne un nouveau tracé qui réduise la durée du trajet à moins d’une heure au lieu d'une 1h06 actuellement.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS