Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une grande partie des reptiles d'Australie ne font l'objet d'aucun suivi scientifique (archives).

KEYSTONE/EPA PA/STEPHEN E. WILLIAMS

(sda-ats)

Un tiers des espèces menacées de l'Australie ne font l'objet d'aucun suivi scientifique, ont déclaré vendredi des chercheurs. Ils avertissent qu'elles pourraient disparaître en silence sans que personne s'en aperçoive.

Le Threatened Species Recovery Hub, un programme public de protection de la faune, a réalisé la première étude nationale sur la surveillance des oiseaux, mammifères, grenouilles, poissons d'eau douce et reptiles menacés. Au total, 217 espèces ne sont pas suivies. Les plantes et les insectes sont exclus du champ de l'étude.

Le Recovery Hub ajoute que les résultats sont mauvais pour tous les groupes, bien que le suivi des oiseaux soit un peu meilleur grâce à une communauté enthousiaste et nombreuse de volontaires. En revanche, la moitié des poissons menacés ne sont pas du tout observés et le sort des reptiles n'est guère plus enviable.

Caractère vital du suivi

"Globalement, plus d'un tiers des animaux menacés de l'Australie ne font l'objet d'aucun suivi et lorsqu'il y a un suivi, il est souvent inadéquat", explique Sarah Legge, directrice de l'étude.

"Cela met ces espèces en danger", car les chercheurs ne savent pas si les populations augmentent ou reculent, les raisons des changements et les mesures qu'il faudrait mettre en place, dit-elle.

"Quand on se rend compte qu'il y a un problème, il se peut qu'il soit trop tard pour agir. De nombreuses personnes ne se rendent pas compte du caractère vital du suivi pour gérer la biodiversité menacée".

Le mois dernier, Le Recovery Hub avait déjà prévenu que le taux d'extinction des mammifères australiens, parmi les plus élevés au monde, pourrait s'aggraver si des efforts ne sont pas faits. La disparition potentielle de 10 oiseaux et de sept mammifères, dont la perruche à ventre orange et le rat à grosse queue, serait évitable si les autorités étaient conscientes des risques, ajoutait le programme.

Les principales causes identifiées du déclin des espèces sont la perte de leur habitat et les renards ou les chats retournés à l'état sauvage.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS