Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - "La Suisse n'est pas un paradis fiscal", tel est le message que le conseiller d'Etat vaudois Pascal Broulis a voulu faire passer à Bruxelles. Le président des gouvernements cantonaux y a défendu le modèle helvétique de fiscalité à l'occasion des 50 ans de la Mission de la Suisse auprès de l'UE.
En additionnant impôts et cotisations sociales, la quote-part fiscale de la Suisse par rapport au PIB 2008 est de 29,2%, a précisé Pascal Broulis ce mardi lors de la réception des cantons, devant un parterre d'invités de l'Union européenne et de la Suisse.
Selon les chiffres du ministre vaudois des finances, la Suisse se situe ainsi derrière la France (43,1%) et l'Allemagne (36,4%), mais devant le Japon (28,3%) et les Etats-Unis (26,9%).
Le président de la Conférence des gouvernements cantonaux a également défendu la diversité des impôts suisses et la répartition entre Confédération, cantons et communes, suscitant l'intérêt du président de la Banque nationale belge, Guy Quaden.
En Belgique, la répartition des recettes fiscales entre le niveau fédéral et régional est très controversée. Interrogé par M. Quaden à ce sujet, M. Broulis a renvoyé au principe de péréquation financière pratiqué en Suisse.
Irlande et Grèce critiquées
Comme lors d'une interview publiée ce mardi dans "24 heures", Pascal Broulis a pointé du doigt le modèle fiscal de la Grèce ou de l'Irlande, qui ont réduit leurs impôts directs en se reposant sur les impôts indirects, comme la TVA. De plus, l'Irlande a beaucoup trop misé sur la fiscalité des entreprises, a-t-il déploré.
Selon le président du Conseil d'Etat vaudois, plus l'éventail des impôts est large, moins le pays est exposé à un facteur conjoncturel.
L'épineuse question de la fiscalité
Pascal Broulis a profité de sa visite à Bruxelles pour s'entretenir avec le chef de la Mission suisse auprès de l'UE, l'ambassadeur Jacques de Watteville. Les défis bilatéraux et le rôle des cantons dans les relations avec l'UE ont été au coeur des discussions entre les deux hommes.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS