Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les discussions ont été tendues entre les Etats-Unis et la Chine à l'OMC à Genève (archives).

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

(sda-ats)

Les différends commerciaux entre les Etats-Unis et la Chine ont été abordés avec tension à l'OMC à Genève, Washington accusant Pékin d'irresponsabilité. La Suisse a elle ciblé les dirigeants américains pour discrimination sur les tarifs prévus sur certains matériaux.

La réunion mardi a été "extraordinaire dans son intensité", a dit le porte-parole de l'institution Keith Rockwell. Elle a confronté "peut-être les deux membres les plus puissants" au sein de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), a-t-il affirmé. Cette discussion "devait avoir lieu" et il est important qu'elle ait été menée lors du Conseil général, l'organe le plus élevé de l'institution.

Presque tous les membres se sont exprimés, une large part pour dénoncer l'attitude unilatérale des Etats-Unis. Sur le blocage depuis près d'un an du renouvellement de juges de l'organe d'appel de l'institution qui menace à terme son fonctionnement ou les tarifs américains imposés récemment sur certains produits ou matériaux.

Appel chinois et de l'UE

Les menaces de 50 milliards de dollars de rétorsion du président Donald Trump contre la Chine pour manquement à la protection de la propriété intellectuelle ont aussi été abordées. Selon un participant à la réunion, la Chine a ciblé les Etats-Unis pour "poursuivre le travail de sape contre l'OMC". Washington est accusé par Pékin de cibler les principes de l'institution et de son tribunal chargé de régler les divisions entre membres.

Comme la Chine et de nombreux pays, l'UE demande à Washington d'expliquer davantage ses inquiétudes. Le nouvel ambassadeur américain Dennis Shea a répondu que "quelque chose a terriblement mal tourné" dans le système de tribunal lorsque ceux qui sont chargés de "se prononcer" sur les règles les "méprisent".

Au lendemain d'un discours au nom de près de 40 pays sur la préoccupation face aux tensions grandissantes actuelles, la Suisse a elle relevé que le tribunal de l'OMC constitue "un élément-clé" de l'activité de l'institution. Elle a également encouragé les membres à dépasser "dès que possible" ce blocage.

Suisse peu exposée

Selon des sources convergentes, plusieurs de ceux-ci cherchent des solutions au cas où les Etats-Unis poursuivraient leur opposition à un renouvellement de juges. L'organe d'appel ne dispose actuellement que de quatre d'entre eux.

Sur les tarifs imposés par Washington sur certains matériaux pour des raisons de sécurité nationale, une large part des membres dénonce cet acte, objet de plainte à l'OMC. Un certain nombre, dont l'UE, conteste les motifs et les exemptions décidés par les Etats-Unis et considère cette politique comme des mesures de sauvegarde.

La Suisse, dont peu d'entreprises sont exposées aux tarifs imposés par Washington, déplore elle une "discrimination". Avec d'autres, elle reconnaît toutefois que la surcapacité constitue un problème. Pékin est "irresponsable" sur cette question, a affirmé de son côté M. Shea.

Sur les mesures ciblant la question de la propriété intellectuelle, la Chine demande aux autres membres d'appeler les Etats-Unis à s'abstenir. Un appel auquel Washington répond en ciblant la crédibilité de Pékin sur sa politique qui coûte selon elle des dizaines de milliards de dollars aux entreprises américaines.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS