Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'ambassade de Libye en Suisse regrette des procédures administratives trop lourdes pour l'accueil de patients libyens dans les hôpitaux suisses. Alors qu'une centaine auraient dû être traités en Suisse, seuls dix ont été admis jusqu'à présent.

"Il y a d'autres pays qui sont intervenus très rapidement en délivrant des visas le jour même", a déclaré vendredi le diplomate chargé du dossier à l'ambassade libyenne à Berne, Abdullah Besher, dans l'émission "Heute morgen" de la DRS. Selon lui, "le blessé n'attend pas: il saisit la première occasion qu'il trouve".

Des négociations avec les cinq hôpitaux universitaires sont en cours pour accueillir de nouveaux patients libyens. Il est question d'un premier groupe de 15 blessés puis d'un groupe de 50 autres parmi lesquels des femmes et des enfants, a précisé Abdullah Besher. La Libye espère une solution dès janvier.

Garanties

Le gouvernement libyen se porte garant des frais médicaux auprès des hôpitaux. Mais le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) se montre prêt à entrer en matière en cas de non paiement. "Si l'ambassade de Libye ne parvient pas à payer les honoraires, le DFAE pourrait offrir une garantie à certaines conditions", a indiqué à la DRS Stefan von Below, porte-parole du DFAE.

D'autres pays accueillent des blessés libyens: ils sont nombreux en Allemagne, mais aussi en Turquie, en Grèce, en France, en Angleterre et en Italie.

ATS