Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

En poste depuis décembre 2015, Patrick Fischer n'a pas toujours eu la vie facile depuis qu'il dirige la Suisse. Les Mondiaux 2016 ratés lui ont valu des critiques, mais il a redressé la barre.

L'accession finalement souveraine aux quarts de finale ce printemps à Paris, malgré un départ mitigé dans la compétition, a renforcé sa position. Ce n'est pas un détail pour le Zougois, dont le contrat arrive à échéance au printemps 2018.

Patrick Fischer ne fait pas mystère de son voeu de poursuivre sa tâche au-delà des Jeux olympiques de Pyeongchang en février et du championnat du monde au Danemark qui suivront en mai. "Ma mission était claire dès le départ. Nous voulons faire progresser notre hockey et apprendre à jouer à haut niveau. Nous n'y étions pas encore après un an, et c'est aussi le cas après deux saisons", a-t-il indiqué à Berne.

Bons résultats

Le sélectionneur est conscient que, pour obtenir une prolongation de son contrat, de bons résultats constituent une condition nécessaire. "C'est toujours favorable si tu fêtes des succès lorsque tu dois renégocier ton contrat."

A l'aube d'une saison importante, avec notamment les JO, les Mondiaux mais aussi la Coupe Spengler, les joueurs témoignent d'une grosse motivation, démontrée par leur participation à un camp d'entraînement d'une semaine au mois de juillet.

Pour la première fois, Swiss Ice Hockey a en effet organisé à Berne un Prospect-Camp pour l'équipe de l'avenir. Fischer s'est montré réjoui, voire même surpris, de la participation nombreuse des joueurs. Seuls manquaient à l'appel Kevin Fiala, qui n'est pas encore en condition pour un tel camp, Denis Malgin et Tanner Richard. Les deux derniers cités avaient déjà organisé quelque chose avec leur entraîneur estival.

Pas des vacances

"Je craignais un peu que l'un ou l'autre passe un coup de fil pour dire qu'il est quelque part dans le monde. Mais cela n'a pas été le cas", a dit l'entraîneur. Nico Hischier, drafté par les New Jersey Devils en no 1 en NHL en juin, est aussi venu et a donc suivi ses premiers entraînements avec l'équipe nationale.

Le but de ce camp a été en premier lieu de familiariser les jeunes éléments avec le système pratiqué par l'équipe. Des tests physiques exigeants ont aussi été organisés. "Certains ont fini au sol et n'en pouvaient plus", a glissé Fischer. On était donc loin des vacances...

ATS