Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - "La soirée fut bien difficile !" De son propre aveu, Ottmar Hitzfeld a vécu à Swansea des heures bien sombres, qui lui rappelaient peut-être celles d'un funeste un soir de mai 1999 à Barcelone.
"Les faits du match nous ont été contraires: le but de Derdiyok n'aurait pas dû être annulé en première mi-temps selon les images de la télévision. Le carton rouge de Ziegler est trop sévère, explique-t-il. Et il n'y a pas penalty de la part de Klose. Ce fut trop pour mon équipe ce soir. Elle a été vraiment lésée".
"Tout avait mal commencé avec le forfait de Senderos. Philippe a ressenti une gêne à la cuisse. Il y a trois jours qu'il était un peu inquiet. L'aligner aurait été trop risqué, poursuit le sélectionneur. Après le match, j'ai suivi en direct les dernières minutes du match de Podgorica. Cette égalisation du Monténégro fait bien sûr très mal. Elle nous prive d'une finale mardi à Bâle. Elle consomme notre élimination. L'amertume est immense ce soir. Nous nous étions beaucoup investis dans cette course aux barrages. Nous avions le droit d'y croire".
Refusant d'évoquer la performance individuelle de ses joueurs, Ottmar Hitzfeld a toutefois souligné les lacunes de son équipe à Swansea. "Nous n'avons pas été suffisamment dangereux dans leur surface, reconnaît-il. Notre équipe est jeune. Elle doit apprendre de ses échecs. Mais elle doit surtout regarder vers l'avant: le match de mardi contre le Montengero et un super défi le mois prochain à Rotterdam contre les Pays-Bas".

ATS