Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La tueuse ne pourra pas sortir de prison avant 25 ans (archives).

KEYSTONE/AP The Canadian Press/PETER POWER

(sda-ats)

Une ex-infirmière, qui a reconnu avoir mortellement empoisonné des personnes âgées dans des maisons de retraite au Canada, a été condamnée lundi à la prison à perpétuité sans possibilité de libération avant 25 ans. Elle leur injectait des doses excessives d'insuline.

La femme de 50 ans avait plaidé coupable d'avoir tué de sang-froid huit femmes et des hommes âgés de 75 à 96 ans placés sous ses soins. "Elle était loin d'être un ange de miséricorde (...) mais a plutôt été l'ombre de la mort planant sur ses victimes", a souligné lundi le juge dans son délibéré.

L'ancienne infirmière avait expliqué son geste meurtrier par son dégoût de la vie et d'un travail sans intérêt, tout en reprochant à ses victimes, la plupart démunies et fragiles, d'être entêtées ou dérangeantes.

"Dieu voulait se servir de moi"

"Je pensais honnêtement que Dieu voulait se servir de moi" pour assassiner ces victimes, avait-elle déclaré à la police au moment de son arrestation, à l'automne 2016.

Les personnes âgées avaient été trouvées mortes entre 2007 et 2014 dans deux maisons de retraite des villes de London et de Woodstock, au sud-ouest de Toronto, à chaque fois quand l'infirmière était de service de nuit.

Compte tenu de l'âge avancé des victimes, aucune enquête n'avait été déclenchée jusqu'à ce que l'infirmière confie sa déprime meurtrière à un psychiatre lors d'une cure de désintoxication pour son alcoolisme. Son thérapeute avait alors alerté la police.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS