Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La police berlinoise a procédé mardi matin à des perquisitions dans huit lieux à Berlin. Parmi ceux-ci: les locaux d'une association adossée à une mosquée. Des personnes ou organisations incitant des djihadistes à rejoindre l'Etat islamique (EI) en Syrie sont visées.

Les perquisitions ont commencé dès 06h30. Un Marocain de 51 ans est notamment soupçonné d'avoir tenté de recruter des combattants pour lutter aux côtés des combattants de l'EI en Syrie, a précisé la police. Un Macédonien de 19 ans est également soupçonné.

Les contrôles ont notamment eu lieu dans le quartier de Tempelhof-Schöneberg. Outre les locaux de l'association, sept appartements ont été visités par les forces de l'ordre. Un photographe de l'AFP a vu les policiers sortant de l'immeuble abritant le lieu de culte en portant des sacs ainsi que des ordinateurs. Ils ont aussi évacué des lieux une femme portant le voile intégral et deux enfants sans les placer en détention.

Pas d'arrestation

"Nous cherchons des éléments de preuves pour voir si ces accusations sont vraies", a déclaré un porte-parole de la police présent sur les lieux. Il a précisé que les policiers ne prévoyaient aucune arrestation et qu'ils ne faisaient que procéder à des perquisitions. "Il n'y a aucune indication que quelque chose se préparait en Allemagne", a encore tenu à ajouter le porte-parole de la police.

Celui-ci a précisé que cette enquête n'avait aucun lien avec l'incident de jeudi lorsqu'un Irakien, déjà condamné pour "terrorisme", a été tué par la police à Berlin après avoir poignardé une policière.

Selon les médias d'outre-Rhin, les services de renseignement allemands estiment le nombre de djihadistes partis d'Allemagne combattre en Syrie à environ 600.

Proie facile

Le chef des services de renseignement intérieurs allemands (BfV) s'est dit préoccupé mardi par le fait que des islamistes radicaux puissent chercher à recruter de jeunes réfugiés arrivant dans le pays.

"Il existe une forte inquiétude liée au fait que des islamistes en Allemagne, sous prétexte d'offrir une aide humanitaire, pourraient essayer de profiter de la situation des migrants pour convertir et recruter les demandeurs d'asile", a déclaré Hans-Georg Maassen.

"Notre attention se concentre particulièrement sur les jeunes réfugiés non accompagnés qui pourraient être une proie facile pour les islamistes", a-t-il ajouté.

ATS