Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Bonn - L'avant-dernière session de tractations sur le climat avant la conférence de Cancun s'est achevée vendredi à Bonn. La frustration était au rendez-vous. Les progrès sont très lents notamment en matière d'engagements sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre.
"Je suis arrivé à Bonn avec l'espoir d'un accord à Cancun, mais à ce stade, je suis très inquiet car j'ai vu plusieurs pays revenir sur les progrès réalisés à Copenhague", regrette le négociateur américain Jonathan Pershing.
La conclusion d'un pacte fin novembre à Cancun, au Mexique, paraît de plus en plus hors de portée. Avec les nouvelles propositions, le nouveau texte en discussion comprend désormais 34 pages, contre 17 auparavant, même si le pic atteint l'an dernier totalisait 200 pages.
Ce document doit servir de base aux négociateurs pour surmonter les divergences entre pays riches et pauvres lors de la prochaine réunion, qui aura lieu en octobre en Chine.
Retour en arrièreDes points que l'on croyait réglés depuis la conférence de Copenhague en décembre 2009 ont été modifiés. La proposition de réduction maximale des émissions de gaz à effet de serre - au moins 95% en deçà des niveaux de 1990 à l'horizon 2050 - a été réintégrée entre autres options, après avoir été retirée.
"Le texte est plus copieux qu'il ne faut à nos yeux pour arriver à un accord (à Cancun)", remarque Jonathan Pershing.
Mais Dessima Williams, présidente de l'Alliance des petits Etats insulaires (AOSIS), déclare "considérer de nouveaux points à intégrer au sein du document".
Loin des objectifsLors des discussions à huis clos, elle dit ne pas avoir obtenu les clarifications qu'elle attendait des pays riches sur les réductions d'émissions de gaz à effet de serre.
"Nous ne pouvons pas attendre un changement majeur par rapport à Copenhague, qui préconisait une réduction de 12 à 18%, alors que le Giec (Groupe d'experts intergouvernemental sur le changement climatique) réclame 25%. Nous sommes loin de ça en chiffres cumulés", explique Dessima Williams.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS