Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

"Pour l'instant, tout se passe merveilleusement bien !" Les joueurs au repos jusqu'à mardi 12h00, Peter Gilliéron est venu devant la presse pour tirer un premier bilan de cet Euro pour le camp suisse.

"Nous sommes là où nous voulions être avec cette accession pour les huitièmes de finale, souligne le président de l'ASF qui précise qu'il est encore trop tôt pour qualifier cet Euro de réussite pour l'équipe de Suisse. Maintenant, il convient de faire un pas supplémentaire. Les joueurs ont, je crois, le caractère pour le réussir. Se hisser en quart de finale d'un Euro serait un résultat magnifique pour l'ensemble du football suisse."

"La "petite Suisse" a vécu"

Peter Gilliéron et ses joueurs seront fixés demain en début de soirée sur leur sort. "Je ne suis qu'un président, pas un prophète, lâche-t-il. Trois adversaires peuvent se dresser sur notre route samedi à Saint-Etienne: l'Allemagne, la Pologne et l'Irlande du Nord. Ils ne nous inspirent que du respect, pas de crainte. A Lille, le match nul que nous avons obtenu contre la France illustre bien la progression de notre équipe nationale. Il y a deux ans, elle avait poussé l'Argentine dans ses derniers retranchements. Hier soir, elle a fait jeu égal avec l'un des grands favoris de cet Euro. La "petite Suisse" a vécu, même si une partie de la presse française nous voit toujours ainsi."

Comme tout le monde - à l'exception peut-être de son ancien sélectionneur qui affirme toutefois que son interview dans "L'Equipe" de lundi était bidonnée... -, Peter Gilliéron est impressionné par les performances de Granit Xhaka. "Granit a été à deux reprises élu homme du match. Ses statistiques sont remarquables. Elles témoignent de son influence sur le jeu de l'équipe, explique-t-il. Je connais Granit depuis longtemps. Il a connu parfois des moments difficiles en sélection pour imposer son jeu. Mais il est l'un de nos joueurs qui sait ce qui signifie aller loin dans un tournoi. Il a gagné la Coupe du monde M17 en 2009 et il a été finaliste de l'Euro M21 en 2011..."

Bravo aux fans

Le président de l'ASF est donc un président heureux. Fier de ses joueurs, convaincu par les qualités de son entraîneur - "Je ne découvre pas Vladimir Petkovic lors de cet Euro, lâche-t-il. Il oeuvre comme il a toujours oeuvré." - et comblé par les comportements de ses fans. "Je veux féliciter nos supporters pour leur comportement exemplaire lors de cet Euro alors que plusieurs fédérations rencontres d'immenses problèmes avec le public, dit-il. Je me suis promené dimanche en ville de Lille avant le match contre la France. J'ai vu des fans chaleureux, prêts à faire la fête et à soutenir leur équipe. Les autorités lilloises m'ont d'ailleurs félicité pour l'état d'esprit qui anime nos fans."

Le président est, enfin, revenu sur le problème des maillots avec le défaut de fabrication que la société Puma a reconnu. "J'ai pleine confiance en notre équipementier. Il saura faire le nécessaire pour que cette situation ne se reproduise plus, affirme Peter Gilliéron. Mais malgré tout, un maillot ne se déchire pas tout seul. Le seul but que nous avons concédé lors de cet Euro fut un penalty accordé pour une faute de Lichtsteiner qui avait retenu un Roumain par le maillot. Hier soir, je pense que la faute en fin de match de Sagna sur Dzemaili aurait dû être sanctionnée d'un penalty." Deux poids, deux mesures ? Peter Gilliéron a mille fois raison sur ce point. On a le sentiment que tout a été fait depuis des mois pour que l'équipe de France remporte ce groupe A pour s'ouvrir une voie royale jusqu'en demi-finale.

ATS