Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

"Je ne pensais jamais obtenir ce soir notre qualification. Jusqu'au bout, j'ai cru que le match de Tallin serait décisif..." Vladimir Petkovic peut pousser un ouf de soulagement.

Le piège de Tallin ne se refermera pas sur la Suisse. "Il convient toutefois de terminer ce tour préliminaire sur une bonne note. Un résultat positif à Tallin doit valider notre bon parcours dans ce tour préliminaire, poursuit-il. Ce soir, nous battons Saint-Marin sur un score de 7-0 qu'aucune autre équipe du groupe n'a obtenu. Face à un adversaire qui n'a pas cessé de camper dans sa surface, nous avons eu le mérite de corriger les travers de la première période. Le fait que les sept buts aient été inscrits par sept joueurs différents parle pour la force collective de l'équipe. Marquer trois penalties au cours du même match peut sembler étrange. Mais ces penalties, nous ne les avons pas volés !"

"Nous avons peut-être manqué de patience en première période. Nous avons perdu trop de ballons dans la profondeur, souligne pour sa part Johan Djourou, auteur de son deuxième but en sélection plus de... huit ans après le premier (ndlr: contre le Japon en 2007). Au fil des minutes, nous avons toutefois pu concrétiser notre supériorité."

Pour le Genevois du SV Hambourg comme pour le sélectionneur, la préparation de l'Euro débutera ce lundi en Estonie. "Nous n'aurons pas beaucoup de matches de préparation. Il faut donc aborder la rencontre de Tallin avec le plus grand sérieux, poursuit-il. En France, la Suisse se doit de franchir un palier. Nous devons être plus féroces contre les grandes équipes !"

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS