Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le no 4 mondial Petra Kvitova souffre d'une mononucléose.

La double championne de Wimbledon (2011, 2014) a révélé cela lundi à Toronto, où elle a été autorisée par les médecins à tenter sa chance. La gauchère tchèque, qui a infligé à Serena Williams son unique défaite de l'année (en demi-finale à Madrid), a pris connaissance du diagnostic il y a un peu plus d'une semaine.

Petra Kvitova pourrait souffrir de la mononucléose depuis de nombreux mois, elle qui avait dû renoncer aux tournois d'Indian Wells et Miami en mars en raison d'un coup de fatigue. "C'est bien plus difficile de m'entraîner normalement", explique la Tchèque, qui a été stoppée au 4e tour à Roland-Garros - où elle a subi la loi de Timea Bacsinszky - puis au 3e à Wimbledon.

La Monégasque d'adoption était diminuée par des maux de gorge à Londres. "Je voulais m'en débarrasser, et ai donc pris des antibiotiques après Wimbledon. Cela n'a pas fonctionné, mais cela m'a permis de constater que mon système immunitaire était très faible. Je me suis alors soumise à de nouveaux examens, qui ont révélé une mononucléose", souligne-t-elle.

"J'ai eu un peu peur en l'apprenant", poursuit Petra Kvitova, bien consciente que cette maladie a précipité la fin des carrières de Mario Ancic et Robin Söderling. "Je ne savais pas si je serais en mesure de disputer la tournée nord-américaine, et me suis même demandée si je pourrais rejouer cette année. Mais au moins, je sais désormais de quel mal je souffre. Je ressens encore de la fatigue. Mais la période la plus difficile est passée", assure la Tchèque, qui souhaite disputer autant de tournois que possible et a toujours pour objectif une qualification pour le Masters en fin d'année.

ATS