Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le conseiller d'Etat neuchâtelois Thierry Grosjean reste optimiste sur l'avenir du site de Cressier. "Il y a des gens intéressés, entre cinq et dix", a déclaré le ministre de l'économie. Il n'a pas cité de noms de repreneurs potentiels mais a précisé qu'il s'agissait de grands groupes étrangers spécialisés dans ce domaine.

L'action Petroplus a encore plongé davantage mardi, descendant jusqu'à 17 centimes. Vers 17h00, elle se négociait à 24 centimes. Le titre s'affichait lundi à 1,47 franc, alors qu'il valait encore plus de 15 francs il y a un an, et 3,48 francs avant l'annonce des difficultés de financement du groupe à la fin décembre.

Le site neuchâtelois a entamé la fermeture progressive de ses installations la semaine dernière. Ses 260 employés devaient ensuite commencé des opérations de maintenance, originellement prévues pour le mois de mars.

Temps partiel

Si le juge accorde la demande de Petroplus de mise en sursis concordataire de la raffinerie, il faudra désigner un commissaire au sursis. Ce scénario permet d'introduire le temps partiel (RHT) sur le site de Cressier qui emploie quelque 260 personnes. L'alternative est la faillite de la raffinerie neuchâteloise avec les licenciements à la clé et la vente de l'outil de travail.

Dans l'impasse, Petroplus a annoncé ce matin qu'il va demander un sursis concordataire. Le raffineur basé à Zoug a précisé que les négociations menées ces dernières semaines avec ses créanciers avaient échoué.

Ligne de crédit refusée

Le premier raffineur indépendant en Europe se trouve en difficulté financière depuis fin décembre après s'être vu refuser l'accès à une ligne de crédit d'un milliard de dollars jugée "indispensable" au bon fonctionnement des opérations.

Le groupe va se déclarer insolvable après un défaut sur ses obligations et autres emprunts convertibles pour un montant de 1,75 milliard de dollars (1,62 milliard de francs). Le conseil d'administration entend maintenant faire en sorte que les activités soient proprement bouclées dans le but de conserver le plus de valeur possible pour les parties.

ATS