Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'exploitant zougois de raffineries Petroplus s'est vu octroyer le sursis concordataire. La demande avait été formulée cette semaine dans la foulée de l'échec des négociations avec les créanciers du groupe. L'obtention du sursis pourrait permettre le paiement des arriérés de salaire des employés de Cressier.

Brigitte Umbach-Spahn et Karl Wüthrich du cabinet Wenger Plattner ont été nommés commissaires provisoires du sursis concordataire, a indiqué vendredi Petroplus dans un communiqué succinct. Karl Wüthrich est connu en tant que liquidateur de Swissair.

Les deux commissaires provisoires vont à présent analyser les actifs et les revenus de Petroplus et évaluer la possibilité d'un assainissement de l'entreprise. Ils doivent remettre d'ici le 20 mars un rapport au juge compétent à Zoug.

Arriérés de salaires

Les quelque 260 employés de la raffinerie de Cressier (NE) n'ont pour l'heure toujours pas touché leurs salaires de janvier, lesquels ont été gelés. L'obtention du sursis concordataire pourrait ouvrir la voie à leur versement.

Selon la loi fédérale sur l'assurance-chômage (LACI), les employés ont droit à une indemnité pour insolvabilité, a indiqué à l'ats le responsable de la Caisse cantonale neuchâteloise d'assurance-chômage Pascal Guillet, revenant sur une information de la radio régionale RTN.

Les salaires des 218 employés de Petroplus à Zoug n'ont pas non plus été versés. Unia exige que le Credit Suisse Genève libère d'ici la fin du mois les salaires des 478 salariés du groupe en Suisse.

Avenir incertain

L'avenir de la raffinerie de Cressier reste toujours très incertain. Les autorités cantonales croient encore en un possible rachat. Selon elles, cinq à dix repreneurs sont intéressés, mais aucun nom n'a été dévoilé. Les experts jugent improbable une telle issue.

Le groupe Klesch, spécialisé dans la reprise d'entreprises, a par ailleurs manifesté des signes d'intérêt pour la raffinerie de Petit-Couronne, près de Rouen, ont annoncé vendredi le gouvernement français et l'intersyndicale, réservée face à cette hypothèse.

ATS