Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les employés genevois de Merck Serono ont décidé vendredi de continuer le combat pour la sauvegarde des emplois dans l'industrie pharmaceutique et une meilleure protection des salariés. Une association de soutien à la recherche en biotechnologie a été créée.

Très peu d'employés ont accepté un transfert, proposé par la direction de l'entreprise pharmaceutique à 750 d'entre eux sur 1250 postes supprimés à Genève. En conséquence, ce sont au total un millier d'employés qui ont été ou vont être licenciés, a indiqué une déléguée du personnel, Line Gross.

Une vingtaine de cyclistes se sont élancés du siège de Merck Serono pour se rendre d'ici au 19 septembre à Berne, Bâle, puis Strasbourg. Ils entendent interpeller les pouvoirs politiques à Berne et au niveau européen à Strasbourg ainsi que l'industrie pharmaceutique à Bâle.

L'association de soutien à la recherche en biotechnologie comporte quelque 200 membres jusqu'ici, a précisé son initiateur Robert Slooves. Il a expliqué que l'objectif de l'association est de mobiliser les moyens nécessaires pour l'Institut de recherche et de développement en biotechnologie, préparé par la task force du Conseil d'Etat genevois.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS