Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Manille - Cinq personnes ont été tuées aux Philippines dans deux incidents distincts liés aux élections nationales et locales de lundi. Trois hommes armés ont été abattus par la police sur l'île de Panay après un échange de tirs.
Ils assuraient apparemment la sécurité d'un candidat local, a précisé le porte-parole national de la police Leonardo Espina. L'échange de tirs a débuté quand les hommes armés, à bord de deux véhicules, ont foncé sur un poste de contrôle installé par la police à la veille des élections.
Deux autres personnes, des gardes du corps d'un candidat, ont été tuées dans un échange de tirs avec les agents de sécurité d'un candidat rival. L'incident s'est produit sur l'île méridionale de Mindanao.
Quelques heures plus tôt, toujours sur l'île de Panay, des rebelles communistes présumés se sont emparés de cinq machines de vote électronique avant de les incendier.
Un troisième incident - un jet de grenade dans une mosquée - mais qui n'est pas forcément lié à la campagne électorale, a fait deux morts et douze blessés, dans la ville de Pikit (sud).
Lundi, près de 50 millions d'électeurs philippins doivent désigner leur président et leur vice-président, ainsi que 250 députés, 12 des 24 sénateurs et plus de 17'000 élus provinciaux et locaux.
Selon l'ultime sondage, Benigno Aquino recueille 42% des intentions de vote, loin devant ses deux principaux rivaux Joseph Estrada (20%) et Manuel Villar (19%).
La campagne électorale a été assombrie par des violences et la mort d'une centaine de personnes, dont 57 lors d'un massacre perpétré en novembre dans la province de Maguindanao, sur fond de rivalité politique entre deux clans musulmans.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS