Navigation

Philippines: Rodrigo Duterte veut légaliser le mariage gay

Le président philippin Rodrigo Duterte est connu pour ses multiples remarques sexistes. Mais il compte depuis très longtemps des amis parmi les homosexuels et les lesbiennes (archives). KEYSTONE/EPA PPD/KARL NORMAN ALONZO-HO HANDOUT sda-ats
Ce contenu a été publié le 18 décembre 2017 - 09:39
(Keystone-ATS)

Le président philippin Rodrigo Duterte a déclaré qu'il voulait légaliser le mariage entre personnes du même sexe dans l'archipel. Un tel bouleversement ne manquera pas de le mettre en porte-à-faux avec la puissante Eglise catholique.

Cela fait longtemps que M. Duterte critique l'Eglise dans un archipel où 80% des habitants sont de fervents catholiques. "Je veux le mariage entre personnes du même sexe. Le problème c'est qu'il va falloir changer la loi. Mais nous pouvons changer la loi", a-t-il assuré dimanche soir sous les applaudissements de la communauté LGBT de Davao, grande ville du sud des Philippines d'où il est originaire.

"La loi dit que le mariage est une union entre un homme et une femme. Je n'ai aucun problème à faire que cela soit avec un homme, avec une femme ou qui que ce soit qui ait la préférence d'un être humain", a-t-il ajouté.

L'Eglise, une voix critique

Le divorce, l'avortement ou le mariage gay sont toujours illégaux aux Philippines en grande partie à cause de l'influence de l'Eglise. Le président, arrivé au pouvoir en 2016, est parti en croisade contre l'Eglise, accusant le clergé d'abus sexuels et d'hypocrisie.

L'Eglise est une des voix les plus critiques envers le président philippin, en particulier s'agissant de son bilan en matière de droits de l'Homme et de sa guerre contre la drogue, dans laquelle des milliers de personnes ont été tuées.

Les alliés politiques de M. Duterte contrôlent les deux chambres du Congrès. Il n'a pas précisé quand le mariage gay pourrait être légalisé. "Tout ce qui vous fait plaisir, je vous le donnerai. Pourquoi je l'empêcherais? Pourquoi imposer une morale qui ne fonctionne plus et qui est quasiment dépassée ?", a-t-il demandé.

"Justice sociale pour tous"

Naomi Fontanos, directrice de Ganda Filipinas, groupe de défense des transgenres, a salué les propos présidentiels tout en espérant qu'il ne s'agisse pas "simplement d'un exercice pour amuser la galerie". Elle a dit espérer "que le président va vraiment s'engager derrière les droits de l'Homme et la justice sociale pour tous, pas seulement pour la communauté LGBTIQ" (lesbiennes, gays, bisexuels, trans, intersexes et queer).

Le président philippin est connu pour ses multiples remarques sexistes, se vantant de ses conquêtes féminines et plaisantant sur le viol. Mais il compte depuis très longtemps des amis parmi les homosexuels et les lesbiennes.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.