Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le conseiller d'Etat genevois Pierre Maudet a reçu une longue ovation des membres du PLR genevois et leur plein soutien pour briguer la succession de Didier Burkhalter.

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

(sda-ats)

Pierre Maudet peut commencer sa campagne pour succéder à Didier Burkhalter au Conseil fédéral. Mardi soir, le conseiller d'Etat genevois a reçu le plein soutien du PLR genevois, lors d'une assemblée des délégués gonflée à bloc derrière son candidat.

Quelque 200 personnes ont participé à la désignation de Pierre Maudet. Elles se sont pressées dans une salle étroite. Toutes n'ont pas trouvé de siège. Le discours du magistrat genevois s'est conclu sur une salve d'acclamations. Personne, au sein de l'assemblée, n'a contesté la légitimité de la candidature du conseiller d'Etat.

"Il s'agit du dernier moment de la campagne où je vois autant de visages sympathiques", a ironisé Pierre Maudet. A Berne, le magistrat devra convaincre pour figurer sur le ticket PLR. Il se rendra dans la capitale fédérale pour y présenter un programme, défendre des idées et des projets.

"J'aimerais que le choix se porte sur le contenu", a-t-il poursuivi. Il a souligné qu'il n'était ni un homme de quotas, ni un homme de lobby. Il veut être celui qui apporte des solutions aux défis que doit affronter la Suisse. "Le sens de ma candidature est de nourrir le débat démocratique".

Pacifier les relations avec l'UE

Parmi les sujets qui tiennent au coeur de Pierre Maudet figurent en premier lieu les relations entre la Suisse et l'Union européenne (UE), qu'il faudra pacifier. La mutation du marché du travail, sous l'impulsion du développement des nouvelles technologies, est également au centre de ses préoccupations.

Le conseiller d'Etat genevois milite aussi pour une Suisse sûre, capable de se défendre à l'ère du tout numérique. "Cet enjeu ne peut pas attendre" et il faudra trouver des solutions qui associent le secteur public et le secteur privé. La sécurité fait partie des conditions cadres de l'économie, a-t-il conclu.

Trois autres candidats

Le PLR genevois a, comme toutes les autres sections, jusqu'à vendredi pour présenter son candidat à la succession de Didier Burkhalter au Conseil fédéral. Le PLR du Tessin a déjà désigné le conseiller national Ignazio Cassis, tandis que le PLR vaudois devrait ratifier jeudi la candidature annoncée le week-end dernier par la conseillère nationale Isabelle Moret.

Un point d'interrogation demeure quant à celle de Jacques Bourgeois. Le comité du PLR fribourgeois tient une séance mercredi matin. Il faudra ensuite attendre le 1er septembre pour voir le groupe PLR aux Chambres désigner son ticket et le 20 septembre l'élection par l'Assemblée fédérale.

ATS