Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - Les jeunes sont les principales victimes de la révision de la loi sur le chômage, estime Pierre Maudet, président de la Commission fédérale pour l'enfance et la jeunesse. Le libéral-radical genevois recommande donc au peuple suisse de rejeter ce texte le 26 septembre.
Dans une interview accordée au "Temps", Pierre Maudet relève que les jeunes formés et âgés entre 20 et 24 ans sont ceux qui ont le plus de peine à trouver un emploi. Or en exigeant d'eux qu'ils acceptent des petits boulots et des stages, "on ne fait que renforcer la précarité du travail."
"Avec une telle philosophie, les jeunes n'auront jamais le sentiment de mettre un pied solide et durable dans le monde de l'emploi", ajoute le conseiller administratif genevois. Or, si un jeune reste longtemps sans emploi, le risque qu'il prenne "un abonnement à l'aide sociales" augmente, relève encore Pierre Maudet.
Comme solution, le président de la Commission fédérale pour l'enfance et la jeunesse propose de "mieux répartir les sacrifices" et de renforcer la formation. Sur ce dernier point, il préconise la mise sur pied d'une "sorte d'assurance formation qui engloberait des incitations pour le premier emploi, des mesures de formation continue, les bourses d'études."

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS