Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Pierre Maudet a été réélu dimanche au premier tour de l'élection au Conseil d'Etat genevois.

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

(sda-ats)

A Genève, seul le PLR sortant Pierre Maudet a été réélu dimanche au Conseil d'Etat au premier tour de l'élection. Du côté du Grand Conseil, le MCG est le grand perdant de ce scrutin, avec onze sièges contre 20 en 2013.

Pierre Maudet a recueilli 50'177 voix, soit 1170 suffrages de plus que la majorité absolue. Doyen en fonction, il présidera le nouvel exécutif dès juin. En revanche, le conseiller d'Etat PDC Luc Barthassat est arrivé en neuvième position avec 27'133 voix, mais il ne compte pas jeter l'éponge avant le second tour, le 6 mai.

Le MCG Mauro Poggia, en charge de l'emploi, des affaires sociales et de la santé, arrive deuxième (43'724). Sa popularité ne reflète pas celle de son parti, qui perd neuf sièges sur 20 par rapport à 2013. Le départ d'Eric Stauffer, qui a fondé Genève en Marche (GeM) en septembre, a, comme prévu, considérablement affaibli le parti antifrontaliers.

Malgré d'importants moyens financiers, GeM n'a obtenu que 4,1% des voix. Ayant raté son pari, le parti a annoncé sa dissolution, et Eric Stauffer son retrait de la vie politique.

Anne Emery-Torracinta bien placée

Dans la course à l'exécutif, les trois autres magistrats sortants se placent bien. Le grand argentier PDC Serge Dal Busco est troisième (40'834 voix), le Vert Antonio Hodgers - aménagement, logement et énergie - quatrième (40'750) et la cheffe de l'instruction publique, la socialiste Anne Emery-Torracinta, cinquième (33'347), en dépit des attaques qui l'ont visée en fin de mandat.

Son collègue de parti Thierry Apothéloz, conseiller administratif de Vernier, se place juste après (32'980). La députée PLR Nathalie Fontanet occupe le septième rang (31'503), synonyme d'entrée probable au gouvernement le 6 mai.

Gauche gagnante

Du côté du Grand Conseil, l'UDC a aussi fait les frais de l'existence éphémère de GeM: le parti conservateur passe de onze à huit sièges. "La présence de trois formations sur le même créneau, soit le MCG, GeM et l'UDC, a compliqué le choix des électeurs", a déclaré son président Marc Fuhrmann.

Par contre, le PLR renforce son statut de premier parti du canton, passant de 24 à 28 sièges. Il retrouve ainsi presque son niveau précédant la fusion des partis libéral et radical. Pour sa part, le PDC gagne un siège et passe à douze.

A gauche, les Verts qui avaient subi une cinglante défaite en 2013 gagnent cinq sièges et finissent à quinze. Avec 17 sièges, le PS retrouve ses deux fauteuils perdus en 2009. Quant à la formation Ensemble à Gauche, elle conserve ses neuf élus, après avoir flirté toute la journée avec le quorum de 7%.

MCG pivot

Au final, la gauche gagne sept sièges, pour atteindre un total de 48, tandis que la droite en remporte cinq, pour un total de 41. Dans cette nouvelle configuration, le MCG, avec ses onze sièges, estime qu'il continuera à jouer un rôle de parti pivot dans la recherche de majorités.

Le nouveau Grand Conseil prêtera serment le 15 mai. Il devrait compter 30 femmes alors que leur nombre avait chuté de 28 à 24 entre 2009 et 2013. La moitié de la députation écologiste sera féminine alors que l'UDC sera entièrement masculine. Le taux de participation aux deux scrutins s'est élevé à 38,77%.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS