Toute l'actu en bref

La foule se rassemble à l'Helvetiaplatz, à Zurich, avant que le cortège du 1er mai ne s'ébranle.

KEYSTONE/ENNIO LEANZA

(sda-ats)

Pierre-Yves Maillard a appelé à une réforme du système des caisses maladie, lors de son discours du 1er mai prononcé à Zurich. Le conseiller d'Etat vaudois, réélu dimanche, a rappelé l'importance de défendre une approche sociale de la santé.

"Nous devons arrêter de croire que les investissements privés et les privatisations d'hôpitaux représentent des solutions au contrôle des coûts", a-t-il plaidé devant le public réuni sur la place du Sechseläuten. Ces mots résonnent particulièrement aux oreilles des citoyens zurichois, amenés à se prononcer le 21 mai sur la privatisation de l'hôpital de Winterthour.

La hausse des coûts n'a pas été jugulée par "la libéralisation décidée en 2012 dans le domaine de la médecine ambulatoire et du financement des hôpitaux", a ajouté le socialiste vaudois. Au contraire, cette libéralisation a causé une hausse des dépenses.

Pierre-Yves Maillard propose une réforme des caisses maladie: les caisses cantonales de compensations devraient gérer les risques de manière coopérative. Selon lui, il faut également libérer le Parlement de l'influence des assureurs privés.

Quelques centaines de personnes s'étaient réunies pour écouter les discours à la mi-journée. Les rangs étaient toutefois un peu clairsemés à cause du crachin et du temps frisquet. Outre le conseiller d'Etat vaudois, le député turc et militant des droits de l'homme Mithat Sancar a pris la parole, pour évoquer la situation politique en Turquie.

Plus de 12'000 personnes défilent

La foule était plus compacte lors du cortège, où 12'000 syndicalistes, membres d'association et sympathisants ont défilé. Placé sous le thème "La santé avant le profit", le défilé s'est ébranlé dans la matinée depuis l'Helvetiaplatz. Des pétards ont été lancés et plusieurs discours ont été prononcés, dans une ambiance bon enfant.

Un groupe de soutien a notamment demandé que Nekane Txapartegi, une militante basque arrêtée en avril 2016 à Zurich, ne soit pas extradée vers l'Espagne, qui l'accuse de collaboration avec l'organisation séparatiste ETA. La jeune femme affirme que ses aveux ont été arrachés sous la torture. L'Office fédéral de la justice (OFJ) s'est prononcé en mars pour son extradition.

Puis le cortège, drapeaux et banderoles au vent, a rallié Bellevue et la place du Sechseläuten, en longeant la Limmat et en traversant la vieille ville. Quelques déprédations ont eu lieu, notamment des graffitis sur des façades de la vieille ville, a indiqué la police dans un communiqué. Les murs de l'Hôtel de ville ont également souffert: ils ont été maculés de peinture rouge.

ATS

 Toute l'actu en bref