Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Comparis.ch retirera sa demande de mesure superprovisionnelle contre "L'Hebdo". La réflexion a été engagée après qu'un employé de la société zurichoise a admis avoir testé les mesures de sécurité du site de l'OFSP, a indiqué vendredi à l'ats Felix Schneuwly, porte-parole de comparis.ch.

Maintenant que comparis.ch a la preuve qu'il y a bien eu tentative de piratage sur le site de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), la demande de mesure superprovisionnelle pourra être retirée. Elle avait été déposée car "L'Hebdo" refusait de soumettre les preuves de ce piratage au comparateur, a précisé M. Schneuwly.

Accusations rejetées

Ce retrait ne signifie pas que comparis.ch confirme les accusations portées par "L'Hebdo", car il a été établi que le piratage était un acte isolé et privé d'un employé depuis sa place de travail, a indiqué vendredi le comparateur dans un communiqué.

Comparis.ch a mené une enquête auprès de ses collaborateurs chargés d'établir les comparaisons de primes d'assurance maladie. Mais la tentative de piratage a été effectuée par un employé qui ne fait pas partie de ce groupe, d'où une certaine "confusion", selon le porte-parole.

L'employé en question a avoué jeudi après-midi qu'il avait voulu Comparis.ch retirera sa demande de mesure superprovisionnelle contre "L'Hebdo". La réflexion a été engagée après qu'un employé de la société zurichoise a admis avoir testé les mesures de sécurité du site de l'OFSP, a indiqué vendredi à l'ats Felix Schneuwly, porte-parole de comparis.ch.tester les mesures de sécurité du site de l'OFSP depuis son poste de travail le 28 septembre 2011. Il a été licencié avec effet immédiat, a annoncé jeudi soir la société zurichoise.

Regrets

Comparis.ch souligne que cet employé n'était pas chargé d'enquêter sur les primes maladies. Par sa démarche, il a enfreint des règles internes à l'entreprise, a précisé le comparateur en ligne qui regrette le "comportement inapproprié" de son collaborateur.

La société zurichoise assure qu'elle n'a jamais tenté de se procurer les primes des caisses maladie par des biais illicites. Elle utilise un logiciel d'exploration du réseau, un moyen jugé légal par les tribunaux.

Dans la matinée de jeudi, comparis.ch avait rejeté vivement les reproches de "L'Hebdo" qui l'accuse dans sa dernière édition d'avoir tenté de pirater le site de comparaison des primes maladie de l'OFSP.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS