Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Près d'un bulletin de vote sur 77 a été déclaré non valable aux dernières élections fédérales. La Chancellerie fédérale s'est penchée sur ces cas et conclut: les raisons des erreurs sont aussi diverses que les règlements de vote des cantons.

Au total, 32'868 personnes ont mal rempli leur bulletin de vote aux élections fédérales 2011. Comparé aux 2,5 millions de votants, c'est relativement peu. Par rapport aux élections de 2007, leur part est d'ailleurs restée constante à 1,3%.

Néanmoins, 30'000 personnes qui se trompent c'est encore trop, estime la Chancellerie fédérale, qui a examiné les erreurs commises. Souvent, les bulletins de vote ont été déclarés nuls parce que la signature manquait, a expliqué lundi la porte-parole de la Chancellerie fédérale Ursula Eggenberger, confirmant un article du "Bund" et du "Tages-Anzeiger".

Plusieurs bulletins électoraux

La raison principale reste toutefois que les électeurs ont glissé plusieurs bulletins électoraux dans l'enveloppe. Ce procédé est interdit dans la plupart des cantons - mais pas dans tous.

Phénomène frappant, la part des bulletins déclarés nuls varie fortement selon les régions. Dans les cantons de Suisse centrale comme Schwyz, Uri et Glaris, presque un bulletin sur 25 n'était pas valable. A Zoug, Neuchâtel, Berne et en Appenzell Rhodes-extérieures, c'était le cas pour un bulletin sur 200 seulement.

Directives fédérales et cantonales

Les raisons de la non-validité varient, car elles sont régies aussi bien par des directives fédérales que cantonales. Le système électoral helvétique connaît une trentaine de règles cantonales pour déclarer nul un bulletin, explique Mme Eggenberger. A cela s'ajoutent les règlements au niveau fédéral.

Le but de l'examen est de réduire le plus possible la part des bulletins nuls aux élections de 2015, poursuit la porte-parole de la Chancellerie. Dans cette perspective, la Confédération cherche d'ailleurs le contact avec les cantons afin de s'échanger sur les meilleures pratiques.

ATS