Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Jeddah - Un tribunal saoudien a rejeté pour la deuxième fois la requête d'une Saoudienne voulant se marier avec l'un de ses collègues contre la volonté de son père, a rapporté le quotidien "Al-Watan". En première instance, le juge avait statué que la femme devait obéir à son père.
Le tribunal de Médine, dans l'ouest de l'Arabie saoudite, a refusé dimanche de reconsidérer, à la demande de la cour d'appel, le verdict qu'il avait rendu en juillet contre cette femme, a ajouté le journal.
Cette Saoudienne de 42 ans s'était adressée au tribunal pour pouvoir se marier avec un chirurgien qui travaille dans le même hôpital qu'elle. Son père et son frère avait refusé cette union car l'homme n'appartenait pas au même clan tribal. Le juge de Médine a ordonné à la femme de retourner vivre chez son père.
L'islam encourage le père à donner son accord à tout prétendant désirant épouser sa fille si le candidat est vertueux et musulman pratiquant. Mais les traditions en Arabie saoudite ont de forts relents tribaux qui donnent au père la haute main sur le choix du mari de sa fille.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS