Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Genève - L'Association suisse des assurés (ASSUAS) va porter plainte à Genève contre Assura et Supra. Elle accuse d'abus de confiance les deux caisses-maladie qui veulent transférer une partie de leurs réserves excédentaires genevoises vers d'autres cantons.
"Une dénonciation pénale sera déposée cette semaine auprès du procureur général. Alors que les primes sont cantonales, il est contraire à l'esprit de la loi de considérer les réserves comme nationales et d'en faire bénéficier les cantons qui n'ont pas suffisamment cotisé. La fourmi va entretenir la cigale", a indiqué mardi devant les médias le président de l'ASSUAS Mauro Poggia.
Le scandale est d'autant plus grand que ce n'est pas seulement l'argent des assurés qui est détourné mais aussi celui de l'Etat, dans la mesure où il verse des aides pour couvrir le montant des primes, a souligné l'avocat. Le canton est déjà monté au créneau contre la demande de transfert des primes vers des cantons affichant un niveau de réserves moins élevé.
A l'instar des cantons de Vaud et de Neuchâtel, Genève veut que l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) mette son veto à cette manoeuvre. Quelque 165 millions de francs de réserves excédentaires genevoises sont en jeu chez Assura et Supra.
Plus de transparence
Toujours dans l'idée d'un gain en transparence, l'ASSUAS invite les assurés à demander à leur caisse-maladie de leur fournir leurs "comptes détaillés" et d'adapter leurs "primes à la réalité des coûts". Une lettre type a été rédigée dans ce sens.
"Le but de cette lettre est de connaître le montant des réserves et celui des frais administratifs. On nous dit que ces derniers sont modestes alors qu'ils se situent entre 5,5 et 6%", a dénoncé l'avocat. A titre de comparaison, les frais d'administration de la Suva pour le remboursement des frais médicaux uniquement se montent à 3%, a-t-il expliqué.
Au-delà, "il s'agit de démontrer que le contrôle de l'OFSP est un leurre", a souligné le président de l'ASSUAS, qui déplore l'absence de volonté politique au niveau fédéral due à l'influence du lobby des assureurs. Pour lui, l'instauration d'une caisse-maladie unique résoudrait le problème.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS