Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La photo contestée d'un enfant rom armé en couverture de la "Weltwoche" choque également en Allemagne. Le comité central des Roms et des Sintis allemands a déposé une plainte pénale mardi contre les responsables de l'hebdomadaire alémanique.

La mise en scène et les descriptions dans les articles parus la semaine dernière criminalisent les Sintis et les Roms, a indiqué le comité. La plainte a été déposée auprès du Ministère public à Heidelberg (D). En soulignant des stéréotypes, l'article reprend le style raciste des nazis, accuse le comité.

Comme à l'époque, l'hebdomadaire donne l'impression qu'il existe une criminalité innée, ce qui porte préjudice à l'ensemble des Sintis et des Roms.

Un journaliste autrichien ainsi qu'une habitante du canton de Bâle-Campagne ont déjà déposé une plainte. La Commission fédérale contre le racisme (CFR) va également se pencher sur l'affaire.

"Abus de l'image"

L'agence de photos "laif", qui a vendu la photo à la "Weltwoche", dénonce un abus de l'image représentant l'enfant armé. Utilisée par l'hebdomadaire, le cliché extrait d'un reportage de Livio Mancini écourte et transfigure la réalité. Elle tourne en son contraire le message qu'elle souhaite véhiculer.

Le photographe italien Livio Mancini a photographié le bambin en 2008 dans une décharge du Kosovo, où des familles roms vivent avec leurs enfants. Ces derniers utilisent la décharge toxique comme terrain de jeu.

La "Weltwoche" conteste

La "Weltwoche" rejette ces reproches avec véhémence, a indiqué à l'ats son rédacteur en chef adjoint Philipp Gut, également co-auteur de l'article. "L'achat de la photo s'est déroulé de manière correcte de A à Z", a-t-il ajouté, précisant que l'agence n'avait fixé aucune restriction.

Du point de vue du contenu également, M. Gut ne voit aucun usage abusif. Le texte évoque les bandes de Roms utilisant des enfants à des fins criminelles et "l'image symbolise cet abus de mineurs".

ATS