Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un plan social a pu être négocié à Genève entre Unia et Honda après plusieurs assemblées générales du personnel et rencontres avec la direction du groupe automobile japonais (archives).

KEYSTONE/AP/SHUJI KAJIYAMA

(sda-ats)

Un plan social a été négocié suite à la décision du constructeur automobile japonais Honda de supprimer 55 des 85 postes de son siège helvétique de Satigny (GE). Le plan prévoit entre autres "une indemnité d'un mois de salaire par année d'ancienneté".

"Fait exceptionnel pour un plan social d'entreprise, la direction de Honda a accepté d'appliquer l'indemnité de départ également aux travailleurs temporaires", relève lundi dans un communiqué le syndicat Unia, qui a négocié avec la direction de Honda Motor Europe Limited. Celle-ci avait annoncé une restructuration en mars dernier.

Le plan social s'est négocié sur les mêmes bases que celui de 2013, lors d'une première réduction des effectifs du groupe nippon, note le syndicat. Pour rappel, Honda avait alors biffé 25 postes sur 125 dans sa succursale genevoise, en raison d'une baisse d'activité dans le secteur.

ATS