Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La fuite de gaz sur la plateforme de Total en mer du Nord a été localisée, un "pas important" selon le groupe pétrolier français. Les opérations de colmatage s'annoncent toutefois à haut risque en raison de l'inaccessibilité du site et des craintes d'explosion.

La source de la fuite se trouve "à 4000 mètres de profondeur, dans un puits désaffecté depuis plus d'un an", a précisé le géant de l'énergie. Le gaz remonte le long du conduit et ressort au niveau de la tête du puits, sur la plateforme Elgin, située à 240 km au large de la ville d'Aberdeen en Écosse.

Trois options

Le débit est constant, mais le gaz se dissipe actuellement plus vite à cause de la force accrue du vent, d'après le groupe. Si la localisation de la fuite est importante, elle laisse les experts face à trois options difficiles, compte tenu des risques de déflagration qui ont conduit à l'évacuation des quelque 200 employés de la plateforme dans la nuit de dimanche à lundi.

La première serait de boucher le puits avec des boues de forage. Mais il faudrait pour cela que des techniciens montent sur la plateforme aujourd'hui inaccessible et autour de laquelle une zone d'exclusion maritime de 3,7 km a été instaurée.

Une autre option serait de creuser "un puits de secours", ce qui, dans ce secteur, pourrait prendre six mois, reconnaît Total. Troisième solution, attendre que la fuite se tarisse.

Situation "stable"

Pour l'instant, la situation est "stable", selon le groupe. Mais le fait qu'une torchère brûle toujours sur la plateforme constitue un sérieux risque.

D'après Total, cette torchère "ne pose pas de risque immédiat", en raison des conditions météorologiques favorables, le vent repoussant pour l'instant le gaz loin de la flamme. Cependant, les experts soulignent les risques d'explosion s'il venait à tourner et certains s'étonnent que la torchère brûle toujours.

ATS