Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Michel Platini, président de l'UEFA entendu comme témoin par la justice suisse pour un versement suspect de 2 millions de francs de la FIFA, a indiqué qu'il avait "entièrement déclaré ces revenus".

Cet argent a été déclaré aux autorités "conformément à la loi suisse", a-t-il écrit dans une lettre adressée aux 54 fédérations européennes de son instance, dont l'afp a eu une copie.

Par ailleurs, l'ancienne star française du ballon rond a écrit ce lundi "à la commission d'éthique de la FIFA pour lui demander de (l)'entendre afin de fournir toutes les informations supplémentaires qui pourraient être nécessaires, afin d'éclaircir cette question si besoin était".

Vendredi dernier, dans un communiqué, la justice suisse avait "reproché à Joseph Blatter un paiement (suspect) de deux millions de francs en faveur de Michel Platini au préjudice de la FIFA, prétendument pour des travaux effectués entre janvier 1999 et juin 2002". "Ce paiement a été exécuté en février 2011", avait poursuivi la justice helvétique.

Dans sa lettre aux fédérations européennes, lundi, Platini précise: "Pendant la période de 1998 à 2002, j'ai été employé par la FIFA pour travailler sur un large éventail de questions relatives au football. Il s'agissait d'un travail à plein temps et mes fonctions étaient connues de tous, poursuit l'ex-triple Ballon d'Or. Ma rémunération a été convenue à ce moment-là et après que des paiements initiaux ont été effectués, le solde final de 2 millions de francs suisses a été versé en février 2011."

"Les autorités suisses m'ont interrogé à ce sujet vendredi passé, non pas en tant que personne accusée de quoi que ce soit, mais simplement en qualité de personne appelée à donner des renseignements", poursuit le Français de 60 ans, candidat à la présidence de la FIFA pour les élections du 26 février.

En introduction de sa lettre, Platini se dit "conscient que dans cette affaire, il y a de la spéculation sur des faits qui (le) concernent personnellement", insistant sur le fait qu'il n'a "pas été accusé d'un quelconque acte répréhensible", motivant sa missive "pour des raisons de transparence".

"Je suis conscient que ces événements sont susceptibles de causer du tort à mon image et à ma réputation et, par voie de conséquence, à l'UEFA, l'organisation dont je suis fier d'être le président, et pour ces raisons, je désire utiliser toute mon énergie pour faire en sorte que tous problèmes et malentendus puissent être éclaircis aussi vite que possible", conclut Platini dans sa lettre.

ATS