Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Plus d'un millier d'emplois sont menacés en 2015 à la SNCF. Les suppressions de postes concernent principalement des départs à la retraite non remplacés.

Pour les syndicats, ces disparitions entrent en contradiction avec l'ambition affichée par la SNCF d'améliorer le service aux usagers. Selon eux, les membres du comité central d'entreprise ont "voté unanimement contre" le projet de budget qui doit être soumis jeudi au conseil d'administration.

Dans la nouvelle organisation, SNCF Mobilités, l'opérateur ferroviaire, et l'établissement de tête perdront, en 2015, par le biais des départs à la retraite non remplacés environ 1600 postes. SNCF Réseau, en charge de l'infrastructure, en gagnera 500.

Soit une balance nette négative d'environ 1100 postes (-0,7%) sur les 149'000 équivalents temps. Et ce malgré les 8000 embauches prévues, au niveau du groupe et de ses filiales, en 2015.

L'année dernière, le budget tablait sur 1400 suppressions (900 en tenant compte des embauches d'emplois d'avenir). Les trois quarts (-1085) ont été réalisées.

Salaires en hausse

Le budget prévoit une augmentation de la masse salariale de +1,9% en 2015, après 2,6% l'an dernier. Pour l'entreprise publique, qui cherche à faire plusieurs centaines de millions d'économies par an jusqu'en 2017, contenir la masse salariale reste une gageure.

La réforme, entrée en vigueur au 1er janvier, vise notamment à préparer la SNCF à l'ouverture totale à la concurrence en 2022.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS