Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Plus d'un million de pinsons du Nord ont établi leurs quartiers près de Vendlincourt, en Ajoie. Cet immense rassemblement attire chaque jour de nombreux spectateurs, en particulier des photographes et des ornithologues.

Ce spectacle ne se produit pas chaque année et seulement en hiver, a relevé vendredi la Station ornithologique suisse à Sempach (LU). Ces oiseaux viennent du nord de l'Europe. Des individus bagués en Russie, en Finlande et en Suède ont ainsi été observés en Suisse.

Une dizaine d'années

La dernière fois que l'Ajoie avait connu une telle invasion remonte à plus de dix ans. Deux à trois millions de pinsons du Nord avaient investi une forêt de Fontenais, à côté de Porrentruy. Le Jura n'avait alors plus connu un tel rassemblement depuis une cinquantaine d'années.

Leur venue ailleurs en Suisse est plus courante mais rarement à intervalle si bref. La dernière présence des pinsons du Nord, à ne pas confondre avec les pinsons communs, l'oiseau le plus répandu en Suisse avec quelque quatre millions d'individus, remonte à l'hiver 1999-2000 dans la région bernoise du Grauholz et près de Vaulruz, en Gruyère fribourgeoise. Quelque cinq millions de ces volatiles y avaient séjourné. La précédente avait eu lieu quatre ans plus tôt.

Garde-manger

Les pinsons se nourrissent presque exclusivement de faînes. Le sol des forêts jurassiennes est cette année recouvert de ces fruits du hêtre. Un autre facteur qui explique cette concentration hors du commun est l'absence de neige. "Tant qu'il ne neige pas dans le Jura, les pinsons du Nord peuvent y rester", relève le directeur scientifique de la station ornithologique Lukas Jenni.

En formant d'immenses troupes, les pinsons du Nord se protègent de leurs prédateurs naturels, les éperviers, les buses et les faucons pèlerins. Les premiers groupes de pinsons se sont établis peu avant Noël près de Vendlincourt.

ATS