Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Namibie, pays d'Afrique australe prisé des touristes pour sa faune et ses dunes, compte quelque 1300 hippopotames (archives).

KEYSTONE/EPA/LAURIN SCHMID

(sda-ats)

Une centaine d'hippopotames ont été retrouvés morts dans une rivière d'un parc national en Namibie. Cette hécatombe aurait pu être causée par la maladie du charbon, a annoncé lundi le ministère de l'Environnement.

Sur des photos publiées dans la presse locale, des cadavres d'hippopotames gisent sur le dos ou la tête au-dessus de l'eau dans le parc de Bwabwata(nord-est). "Plus de cent hippopotames sont morts la semaine dernière. On ne connaît pas l'origine des décès mais on soupçonne qu'il s'agit de la maladie du charbon", a déclaré le ministre namibien de l'Environnement, Pohamba Shifeta.

Le bilan pourrait encore être plus élevé, a estimé le ministre. Il a avancé l'hypothèse que des carcasses d'hippopotames avaient déjà été dévorées par des crocodiles.

"Nos services vétérinaires sont sur place pour tenter de déterminer la cause des décès. Une fois qu'on aura les résultats, on pourra prendre des mesures" appropriées, a ajouté le ministre.

La Namibie, pays d'Afrique australe prisé des touristes pour sa faune et ses dunes, compte quelque 1300 hippopotames.

La maladie du charbon, est une infection aiguë qui touche aussi bien l'animal que l'homme. La bactérie (Bacillus anthracis) est aussi considérée comme une arme bactériologique. La maladie est généralement transmise à l'homme par des animaux infectés ou par des produits animaux contaminés. Elle a récemment décimé sans bruit les chimpanzés vivant en forêt tropicale dans un parc national de Côte d'Ivoire.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS