Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Plus de 105'000 signatures pour des aliments équitables

Quelque 105'600 signatures ont été récoltées à l'appui de l'initiative des Verts pour des aliments équitables. Elles ont été déposées jeudi matin à la Chancellerie fédérale, qui doit encore les valider.

Le texte exige que les denrées alimentaires soient issues d’une agriculture respectueuse de l’environnement comme des animaux, et produites dans des conditions équitables. S'il est accepté en votation, la Confédération devra légiférer quant à la mise sur le marché et la déclaration des modes de production et de transformation: les Verts demandent davantage de transparence sur l'origine des produits.

La Confédération pourra aussi introduire des contingents tarifaires, moduler les droits à l'importation et conclure des conventions d'objectifs contraignantes avec les importateurs et les détaillants.

De plus, elle devra "encourager la transformation et la commercialisation de denrées alimentaires issues de la production régionale et saisonnière", et prendre des mesures pour limiter le gaspillage ainsi que l’impact du transport et du stockage sur l’environnement.

Schizophrénie entre local et global

L'initiative des Verts a bénéficié d'un large soutien, notamment de l’organisation paysanne Kleinbauern, de la Protection suisse des animaux, de Swissaid et des organismes de protection des consommateurs, s'est réjouie la coprésidente des Verts Adèle Thorens jeudi matin devant les médias à Berne. Le mouvement Slow food et l'alliance Stop OGM ont aussi soutenu le texte.

Dénonçant une "schizophrénie" entre les exigences frappant les produits locaux et celles fixées aux denrées importées, Mme Thorens a souligné que l'initiative demande les mêmes standards de qualité pour tous les aliments. "Elle protège nos normes exigeantes et demande des normes écologiques et sociales claires pour les produits importés".

Le commerce équitable, qui connaît le succès en Suisse depuis son lancement dans les années 1990, devrait aujourd'hui aller de soi, a fait valoir Caroline Morel, directrice de Swissaid. Le comité d'initiative considère sa proposition comme "la seule réponse concrète en Suisse contre les nouveaux accords de libre-échange avec les USA (TTIP et TISA)", qui mettront sous pression les normes de production nationales et internationales.

Alimentation dans toutes les bouches

Plusieurs autres initiatives portant sur l'alimentation ont été lancées ces dernières années. Uniterre récolte actuellement des signatures en faveur de la "souveraineté alimentaire", alors que la proposition de l'Union suisse des paysans visant à renforcer la sécurité alimentaire a déjà abouti.

Enfin, les Suisses devront se prononcer le 28 février prochain sur l'initiative des Jeunes socialistes qui demande d'interdire la spéculation sur les matières premières et les denrées alimentaires.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.