Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le nombre d'ouvertures de faillites en Suisse a reculé l'an dernier de 1,3% à 11'073, après une hausse de 4,3% en 2010. Il s'agit de la baisse la plus marquée de ces dix dernières années, selon l'Office fédéral de la statistique (OFS).

A l'instar des années précédentes, près de la moitié des faillites ouvertes en Suisse se sont concentrées dans les mêmes quatre cantons. Zurich a relevé 1491 cas, Vaud 1458, Berne 1332 et Genève 1280, a indiqué mardi l'OFS.

L'évolution varie beaucoup d'un canton à l'autre. Dans onze cantons, le volume des ouvertures de faillites est resté quasiment stable. Il a fléchi dans neuf autres et augmenté dans les six restants. Les baisses les plus sensibles ont été observées dans les cantons de Zurich (-6,1%) et Genève (-6,5%), tandis que la hausse la plus forte a été enregistrée dans le canton de Berne (+7,7%).

Dans le détail, près de la moitié des cas (48,1%) concernent des faillites ouvertes selon la loi fédérale sur la poursuite pour dettes et la faillite à l'encontre d'entreprises inscrites au registre du commerce. Les procédures ouvertes en raison de succession répudiée représentent 42% du total et les autres faillites de personnes 9,9%.

Pertes en hausse

Depuis 2010, la statistique recense également les ouvertures de procédures de faillite pour dissolution d'entreprise. Ces dernières ont crû de 13% pour atteindre 2478 cas. D'après l'OFS, cette évolution pourrait être due en partie à des activités de mise à jour de certains registres de commerce.

Le volume des clôtures de procédures de faillite a pour sa part augmenté de 1,7% à 11'924. Les cas liquidés concernent non seulement des procédures ouvertes en 2011, mais aussi durant les années précédentes, précise l'OFS.

Le montant total des pertes financières résultant des clôtures de procédures de faillite ordinaires et sommaires atteint 2,1 milliards de francs, soit une hausse de 3,1% par rapport à 2010. Le montant représente toutefois moins de la moitié des pertes record essuyées en 2004.

ATS