Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Kinshasa - Plus de 15.000 viols ont été perpétrés l'an dernier dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), a indiqué vendredi un haut responsable onusien. L'ONU, présente en RDC depuis 1999, admet ne pas être en mesure de protéger tous les civils dans cette région.
"Les meilleures données disponibles suggèrent que plus de 15.000 viols ont été commis l'an dernier dans l'est de la RDC", a dit le représentant spécial de l'ONU en RDC, Roger Meece, devant le Conseil de sécurité. Des groupes armés opèrent sur une vaste étendue et se mêlent souvent aux populations civiles, a-t-il ajouté.
Chef de la mission de l'ONU en RDC, la Monusco, Roger Meece a présenté un rapport sur la situation en RDC au lendemain des révélations de l'envoyée spéciale pour les violences sexuelles dans les conflits, Margot Wallström selon qui les troupes gouvernementales se livraient à des viols, meurtres et pillages dans les mêmes villages où des viols en série ont été commis en juillet et août.
M. Meece n'a pas été en mesure de donner des détails sur ces nouvelles attaques mais a souligné que "l'étendue du problème est énorme". Il a expliqué que les forces de maintien de la paix ne pouvaient pas protéger tous les civils.
"Dans cette vaste région, plus grande que l'Afghanistan, il n'est pas possible pour la Monusco de garantir une protection totale à tous les civils. Pour s'approcher de cet objectif il faudrait des forces et des ressources bien plus élevées", a souligné M. Meece.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS