Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Moins le niveau de formation des personnes interrogées est élevé, plus elles passent du temps en ligne, révèle le sondage publié par l'Université de Zurich (photo symbolique).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Les usagers suisses d'Internet passent actuellement 25,5 heures par semaine en ligne, selon une étude publiée mercredi. C'est deux fois plus qu'en 2011. Les jeunes et les personnes à faible niveau de formation en sont les plus grands consommateurs.

Selon le sondage représentatif, mené en mai et juin derniers par l'Université de Zurich auprès de 1100 personnes de plus de 14 ans, la majorité des internautes se sentent bien. Pour eux, ni la surconsommation numérique ni l'impression de passer à côté de choses importantes en dehors d'Internet ne constituent un problème. Ils évaluent en outre leurs compétences en ligne à un bon niveau.

Infos et divertissement

Le doublement du nombre d'heures passées en ligne par les internautes depuis 2011 est notamment lié au fait que la Toile est considérée désormais comme la principale source d'information, devant les journaux et la télévision. Autre facteur d'explication: Internet est aujourd'hui considéré comme aussi divertissant que la télévision.

Dans ce domaine-là, la musique et la vidéo arrivent en tête, devant la télévision différée, les jeux en ligne et les contenus érotiques en ligne, indique l'Université de Zurich.

De moins en moins crédible

En matière d'information, la SSR, les autorités et les journaux payants sont considérés comme des fournisseurs crédibles. Les usagers deviennent de plus en plus méfiants dans ce domaine en ce qui concerne Internet. En 2013, 75% des personnes interrogées jugeaient encore les contenus en ligne crédibles. En 2017, ils ne sont plus que 58% à partager cet avis.

Plus le niveau de formation des personnes interrogées est bas, plus celles-ci passent du temps sur Internet. Elles expriment aussi moins de réserves face à d'éventuelles violations de la sphère privée.

Sphère privée

En la matière, la moitié des sondés s'inquiètent du comportement des entreprises en ligne ou d'internautes. Quatre-vingts pour cent des usagers du web disent faire attention à la protection de leur sphère privée. Quarante-quatre pour cent pensent avoir le contrôle sur leurs données privées. La plupart estiment en outre qu'ils n'ont rien à cacher.

Plus les personnes interrogées sont âgées, plus elles se méfient d'Internet. Elles l'utilisent moins. Au total, 360'000 habitants (5%) sont considérés comme des non-consommateurs d'Internet, alors que 90% l'utilisent régulièrement.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS