Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Pour décrire la "neige" dans leur dialecte régional, le scots, les Ecossais n'ont pas un, ni deux, ni même trois, mais... 421 mots différents, révèlent mercredi des chercheurs. Même les Inuits ne disposent pas d'un vocabulaire aussi varié.

Le scots est l'une des deux langues régionales, avec le gaélique écossais, parlées en Ecosse et qui cohabitent avec l'anglais.

"Le scots est constitué d'une variété de dialectes et dispose de ses propres dictionnaires, traditions littéraires, vocabulaires et expressions, sans avoir toutefois le statut officiel reconnu de langue", explique à l'AFP Hamish MacDonald, promoteur du scots au sein de la Bibliothèque nationale d'Ecosse.

Soucieux du détail, et de la couleur du ciel, les Ecossais parlant ce dialecte désignent ainsi la neige avec 421 termes différents. Cette variété leur permet de décrire avec luxe de précisions les chutes de neige, les flocons et autres blanches intempéries.

Il y a "feefle", pour les tourbillons, ou "flindrikin", quand la neige tombe doucement.

Les billes aussi

Ces mots sont répertoriés dans un dictionnaire des synonymes sur lequel travaillent des chercheurs de l'Université de Glasgow. Une première partie, consacrée à la neige et au sport, a été mis en ligne mercredi.

De fait, l'étude du scots offre un nouvel éclairage sur l'histoire des peuples de la région septentrionale du Royaume-Uni. Autre exemple: les billes. Décrit en scots avec 369 mots différents, ce jeu a été extrêmement populaire pendant des générations et des générations en Ecosse.

ATS