Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La crise migratoire, qui a vu 700'000 migrants et réfugiés arriver en Europe via la Méditerranée depuis janvier, va s'aggraver, a prévenu mardi le président du Conseil européen Donald Tusk. Une mise à l'épreuve de la coopération entre les pays de l'UE.

Signe de cette préoccupation, le président français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel ont mis la question migratoire au menu d'un entretien consacré à la Syrie, mardi à Paris.

Les deux dirigeants, qui se sont rencontrés en amont d'une conférence franco-allemande sur le numérique au palais de l'Elysée, ont évoqué la question des réfugiés. Cet entretien s'est tenu après la visite du président français en Grèce la semaine dernière et le mini-sommet à Bruxelles dimanche auquel participait Mme Merkel.

"Ils ont exactement les mêmes positions sur la question des réfugiés, sur ce qui doit être fait sur le plan politique et sur les moyens nécessaires pour les pays en première ligne", a-t-on ajouté dans l'entourage de M. Hollande.

Aggravation de la situation

Cette année, 705'200 migrants et réfugiés ont traversé la Méditerranée, selon les dernières données du Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR): 562'355 personnes ont rejoint la Grèce et 140'000 l'Italie. En Grèce, les Syriens représentent 64% des arrivées.

Et "la situation va encore se détériorer", a averti Donald Tusk lors d'un débat devant le Parlement européen de Strasbourg, évoquant "la nouvelle vague de réfugiés venant d'Alep et des régions des bombardements russes en Syrie", qui ont provoqué le déplacement "de plus de 100'000" personnes.

La crise migratoire pourrait "provoquer un séisme dans le paysage politique européen" en remettant en cause le principe de libre circulation, a-t-il lancé.

Arrivées massives en Grèce

Au début de la route migratoire, en Grèce, "le nombre des arrivées continue d'être élevé", "malgré la détérioration des conditions météorologiques", observe l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Depuis le début du mois d'octobre, ils sont plus de 160'000 à être arrivés sur les îles grecques depuis la Turquie, dont 99'000 sur l'île de Lesbos.

En Italie, 7230 migrants sont arrivés en octobre, contre plus de 15'000 pour la même période de l'an dernier. Selon l'OIM, les Syriens ne passent plus par l'Italie pour rejoindre l'Europe, mais par la Turquie et la Grèce.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS