Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les signatures proviennent pour l'heure essentiellement du Valais romand.

KEYSTONE/MANUEL LOPEZ

(sda-ats)

L'initiative en faveur d'une révision totale de la constitution valaisanne a récolté pour l'heure 7342 signatures, alors qu'il lui en fallait 6000 pour aboutir. Les paraphes seront déposés à la Chancellerie d'Etat le 27 juillet.

La société civile, rencontrée dans la rue, au marché, dans les magasins ou lors de festivals, a réservé un bon accueil à l'initiative, s'est réjoui son comité vendredi devant la presse. Le Valais romand a particulièrement bien répondu présent.

Seulement 400 signatures environ ont été récoltées dans la partie germanophone. Mais beaucoup devraient rentrer les jours à venir car les partis, hormis l'UDC, ont sensibilisé la population, a souligné Marylène Volpi Fournier, co-présidente du comité d'initiative.

D'ici au 27 juillet, le comité espère dépasser les 8000 signatures, soit 2000 de plus que nécessaire. Un tel nombre serait "un signal très important" en faveur de la mise sur pied d'une constituante.

Horizon 2023

Si elle est validée, l'initiative sera soumise au peuple dans un délai de trois ans. Ce dernier devra dire s'il accepte ou non la révision totale de la constitution cantonale de 1907, et si oui, si elle doit être menée par le Grand Conseil ou par une assemblée constituante, a détaillé Jean Zermatten, co-président du comité.

Si l'option d'une constituante l'emporte, une espèce de Grand Conseil bis sera élu. Les 130 membres qui composeront ce législatif éphémère seront majoritairement des membres de la société civile et non des politiques.

Il planchera sur une nouvelle charte fondamentale durant trois ou quatre ans avant de soumettre le projet au peuple. "Une nouvelle constitution pourrait ainsi voir le jour vers 2022-2023", espère Jean Zermatten.

ATS