Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Manifestants palestiniens essayant de se protéger des gaz lacrymogènes envoyés par les soldats israéliens.

KEYSTONE/AP/ADEL HANA

(sda-ats)

Les forces de sécurité israéliennes ont fait usage de gaz lacrymogènes et tiré à balles réelles contre des manifestants palestiniens qui se sont rassemblés vendredi à la frontière entre la bande de Gaza et Israël. Elles ont blessé environ 1100 d'entre eux.

Selon des médecins palestiniens, quelque nonante personnes ont été blessées par des tirs à balles réelles. De quatre cent trente à huit cents autres manifestants selon les sources ont été soignés après avoir été intoxiqués par les gaz lacrymogènes ou blessés de quelque autre manière, le long de la partie gazaouie des 40 km de clôtures frontalières.

Les Palestiniens y ont dressé des camps de tente dès le 30 mars dans le cadre de ce qu'ils appellent la "grande marche du retour".

Quarante-trois Palestiniens ont été tués par les forces de sécurité israéliennes depuis le début du mouvement.

Comme les précédents vendredis du mouvement, des jeunes manifestants ont incendié des pneus à moins de 300 mètres de la clôture qui sépare Gaza d'Israël, pour que les épais dégagements de fumée masquent la vue des tireurs d'élite israéliens déployés de l'autre côté de la ligne de démarcation.

Armée critiquée

Plusieurs centaines de Palestiniens ont pénétré dans Kerem Shalom, l'un des points de passage entre la bande de Gaza et Israël. L'un d'eux a déclaré sur les réseaux sociaux qu'ils avaient "mis le feu à des pièces utilisées par l'occupant (Israël)".

L'armée israélienne a diffusé des images où l'on voit des flammes à Kerem Shalom, mais elle a assuré que les dégâts étaient confinés à la partie palestinienne du point de passage.

"Les émeutiers endommagent les canalisations qui acheminent du carburant d'Israël vers la bande de Gaza", a déclaré l'armée dans un communiqué. Vendredi, les soldats israéliens se sont retrouvés face à "10'000 Palestiniens participant à des émeutes en six endroits le long de la limite de la bande de Gaza", a ajouté l'armée.

Armée critiquée

La plupart des manifestants se tiennent à relative distance de la barrière frontalière lourdement gardée par les soldats israéliens. D'autres défient le danger en s'approchant pour lancer des pierres et des engins incendiaires vers les soldats ou tenter de forcer le passage.

Quelque 7000 Palestiniens ont pris part à la manifestation de vendredi, en différents points le long de la frontière, selon l'armée israélienne.

L'armée israélienne est en butte aux critiques dénonçant un usage excessif de la force. L'ONU et l'Union européenne ont réclamé des enquêtes indépendantes.

L'armée israélienne, pour qui les manifestants sont instrumentalisés par le Hamas, soutient que ses soldats ne tirent à balles réelles qu'en dernier recours, quand les moyens non létaux ont été épuisés, pour parer le danger pour les soldats et les civils israéliens riverains de l'enclave.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS