Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La féra reste l'espèce la plus pêchée dans le lac Léman (archives).

KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

(sda-ats)

Plus de 1047 tonnes de poissons ont été pêchés en 2016 dans le lac Léman. C'est 8,5% de moins qu'en 2015, mais les volumes restent importants.

Deux espèces représentent le gros de la pêche: la féra (736 tonnes) et la perche (192 tonnes). La première accuse toutefois pour la troisième année consécutive une baisse sensible (-12% par rapport à 2015), a indiqué l'Etat du Valais jeudi dans un communiqué.

La perche en revanche voit son tonnage augmenter pour la première fois depuis cinq ans (+12% par rapport à 2015). Compte tenu de leur importance, les deux espèces resteront sous la surveillance de la Commission internationale de la pêche dans le Léman.

Hausse marquée pour l'écrevisse

Après un tonnage record en 2014, un retour à la normale en 2015 (22 tonnes), l'omble-chevalier perd du terrain avec un tonnage à la baisse (17 tonnes). Une diminution est également constatée pour la truite (11 tonnes) et le brochet (43 tonnes). L'écrevisse américaine continue son ascension avec plus de 13 tonnes capturées, soit une augmentation de 30% par rapport à 2015.

L'attrait pour la pêche de loisir au Léman se maintient avec 7770 permis délivrés, soi 2260 de moins qu'en 2015 qui était une année record. Dès 2018, l'Institut national de recherche agronomique (INRA) de Thonon (F) reprendra après plusieurs années d'interruption le suivi scientifique de la féra et de la perche. "Il s'agit d'un partenariat franco-suisse tant financier que technique", a précisé l'Etat du Valais.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS