Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Plus de passagers et un meilleur résultat pour les CFF l'an dernier

Les CFF misent sur la numérisation et l'automatisation. Mais ils s'efforcent aussi de développer les emplois de demain, assure le directeur Andreas Meyer.

Keystone/ANTHONY ANEX

(sda-ats)

Les CFF ont enregistré un résultat positif de 399 millions de francs en 2017, en hausse de 4,8%. Le nombre de passagers continue d'augmenter, et des réductions de prix sont prévues à partir du 1er mai. Mais le personnel est inquiet.

Les billets dégriffés, en particulier aux heures creuses, seront vendus à un prix réduit jusqu'à 70%, contre 50% actuellement, ont annoncé les CFF mardi à Berne lors de leur conférence annuelle. Et les titulaires d'un abonnement général recevront un carnet de bons.

Le service téléphonique Rail Service sera en outre moins cher: c'est le tarif local qui sera appliqué, et non plus la facturation à la minute (1,19 franc). A travers ces baisses, la clientèle se verra "restituer" plus de 50 millions de francs, soulignent les CFF.

L'ex-régie fédérale compte aussi baisser les prix dans divers segments dès le prochain changement d'horaire. Un modèle d'indemnisation de la clientèle sera testé cet été pendant l'interruption totale de la ligne entre Lausanne et Puidoux-Chexbres (VD), soit durant sept semaines.

Trafic voyageurs

Le nombre de voyageurs transportés quotidiennement a augmenté de 1,25 à 1,26 million l'an dernier. Quant à la ponctualité, elle affiche une très légère hausse (+0,2) à 89%. "Très bonne" en Suisse orientale et dans la région de Zurich, elle s'est détériorée en Suisse romande à cause de travaux et des projets d'agrandissement de gares.

Quelque 480'000 clients possèdent un abonnement général (+1,7%) et 2,5 millions de personnes un abonnement demi-tarif (+5,7%). La part des billets achetés sur le site internet des CFF ou via l'application mobile s'élève désormais à un tiers (32,7%). Les ventes au guichet ne représentent plus que 14,8% du total.

Le résultat du trafic voyageurs s'affiche ainsi en hausse, à 186 millions de francs (139 en 2016), notamment grâce à l'amélioration du trafic international et à la forte croissance sur l'axe du Saint-Gothard.

Résultats par divisions

"Les CFF sont sur la bonne voie", se réjouit Monika Ribar, présidente du conseil d'administration. A 399 millions de francs, le résultat du groupe a progressé de 18 millions, grâce à une meilleure productivité, aux comptes des divisions Voyageurs, Immobilier et Infrastructure et au lancement du plan d'économies de RailFit20/30.

CFF Immobilier a légèrement amélioré son bilan, à 435 millions de francs (433 millions en 2016) avant paiements compensatoires. Le produit de la vente de biens immobiliers a diminué (de 225 à 207 millions), mais les produits locatifs ont crû à 480 millions (+6,4%).

Quant à la division CFF Infrastructure, après une perte de 103 millions en 2016, elle a vu son résultat remonter dans les chiffres noirs pour s'établir à 100 millions de francs. Ce montant alimentera les réserves légales, précisent les CFF.

Les indemnités allouées par la Confédération et les cantons - notamment pour l'entretien de l'infrastructure et les prestations de trafic régional - ont augmenté de 8,1% à 2,666 milliards de francs. Cette hausse s'explique notamment par le nombre accru de travaux d'entretien et de prestations d'exploitation.

CFF Cargo dans le rouge

Du côté du trafic marchandises, CFF Cargo a bouclé l'exercice sur une perte de 239 millions de francs. Si CFF Cargo International a amélioré son résultat malgré l'interruption de la ligne à Rastatt (D), CFF Cargo Suisse a vu le trafic par wagons isolés fondre de 14,5%. "Une tendance appelée à s'accentuer", estiment les CFF.

D'ici 2020, l'ex-régie fédérale compte supprimer 330 des 2200 postes actuels. A la fin de l'année 2023, CFF Cargo comptera environ 800 collaborateurs de moins, pour un effectif total de 1400 personnes; quelque 750 employés quitteront d'ici là l'entreprise "via les fluctuations naturelles".

Cette dernière veut renouer avec les chiffres noirs en 2020, notamment en exploitant les possibilités offertes par l'automatisation et le numérique. Une automatisation de l'attelage et des essais de freins est notamment prévue. Mais elle s'efforce aussi de développer les emplois de demain, assure le directeur des CFF Andreas Meyer.

"Faire plus avec moins"

Il s'agit de "faire plus, mieux et plus vite, avec moins", résume le directeur. "Il n'y a pas d'alternatives. Une entreprise qui ne procéderait pas ainsi péjorerait sa compétitivité." Une vision que ne partagent pas les syndicats. D'après le Syndicat du personnel des transports (SEV), l'entreprise n'est pas consciente de la valeur de son personnel. Et les négociations - en cours - de la convention collective de travail ne sont pas réjouissantes.

"La direction semble vouloir réduire cette CCT en pièces: moins de vacances, moins de protection contre le licenciement, des suppressions au niveau du salaire et des primes d'ancienneté, des réductions des revenus par le biais d'une participation aux frais d'une nouvelle assurance perte de gain en cas de maladie", déplore le SEV dans un communiqué.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.