Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les citoyens de Moutier (BE) se sont rendus samedi matin au bureau de vote pour glisser leur bulletin dans l'urne sous l'oeil de deux policiers bernois. Moutier saura dimanche si elle rejoint le canton du Jura.

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

La Ville de Moutier et l'Office fédéral de justice (OFJ) vont renforcer les contrôles lors du dépouillement dimanche des bulletins de vote à la suite de soupçons d'irrégularités. Dix juristes supplémentaires seront dépêchés dans la cité prévôtoise.

Ces collaborateurs de l'Office fédéral de justice seront affectés au dispositif de pointage. "Ils vont comparer la carte de légitimation avec le registre électoral", a indiqué Jean-Christophe Geiser, responsable de la Question jurassienne à l'OFJ.

La décision d'envoyer dix collaborateurs de l'OFJ a été prise jeudi soir. "Nous avons été informés de soupçons d'irrégularités de la part de personnes concernées par le vote", a ajouté M. Geiser, présent samedi au local de vote à Moutier.

Doute dans les EMS

Quelques personnes dans des EMS ont reçu du matériel de vote alors qu'elles n'étaient pas en état de signer, a souligné le responsable des observateurs fédéraux. Ce matériel a pu être détruit ou utilisé par d'autres personnes qui ne sont pas autorisées à le faire.

Il s'agira dimanche de contrôler qu'une carte de légitimation n'a pas été signée au nom d'une personne dans l'incapacité physique d'écrire, a expliqué Jean-Christophe Geiser, revenant sur une information de la presse régionale.

Un citoyen capable de discernement mais ne pouvant pas signer sa carte de légitimation ne peut voter que si sa carte est contresignée par le président du bureau de vote accompagné d'un observateur fédéral. Un fils ne peut pas signer pour son père paraplégique.

Situation délictuelle

Des utilisations potentiellement suspectes de cartes de légitimation pourront ainsi être détectées Pour le responsable des observateurs, il s'agit d'éviter toute contestation à l'issue d'un vote qui s'annonce serré.

Au total 32 personnes participeront aux opérations de dépouillement, soit 22 membres du bureau de vote et 10 collaborateurs de l'Office fédéral de justice. Sept observateurs fédéraux seront aussi présents dans le local de vote.

Ces mesures supplémentaires pourraient retarder l'annonce du résultat prévue initialement vers 15h00. Seule certitude avant cette journée historique, jamais un tel dispositif de sécurité n'a été mis en place en Suisse pour assurer le bon déroulement d'un scrutin.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS