Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Lausanne - Les particuliers n'ont pas le droit d'organiser des tournois de poker "Hold'em" publics. Le Tribunal fédéral a donné raison à la Fédération suisse des casinos, qui conserve donc l'exclusivité sur ces parties de cartes.
Pour le TF, les tournois de poker dans leur version "Hold'em" sont bel et bien des jeux de hasard. Ils dépendent plus de la chance des joueurs que de leur habileté ou leur adresse. Ce faisant, la haute cour prend le contrepied du Tribunal administratif fédéral et de la Commission fédérale des maisons de jeux (CFMJ).
Ces deux instances avaient autorisé la tenue de tournois privés en dehors des casinos, à condition que les cantons concernés délivrent l'autorisation nécessaire. Raison invoquée: l'habileté des joueurs est décisive dans l'issue de ces parties de cartes, même si la donne, au départ, ne dépend que du hasard.
Pour s'imposer, il ne suffit pas d'avoir de la chance. Il faut de la stratégie, des connaissances en maths et la capacité de bluffer l'adversaire, avait estimé le TAF.
Si ces compétences permettent à un joueur d'avoir une certaine influence sur l'issue de la partie, aucune étude scientifique n'a définitivement prouvé qu'elles ont plus de poids que le hasard, rétorque le TF. Les tests organisés par la CFMJ à ce propos ne le prouvent pas non plus, estime Mon Repos.
Selon les juges, les facteurs qui apparaissent comme les plus déterminants sont les moins susceptibles d'être mesurés, comme la chance aux cartes ou la place de l'adversaire. Saisis d'affaires similaires, les tribunaux allemands et autrichiens ont également jugé que les tournois de poker sont des jeux de hasard.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS