Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Partis à pied de Lausanne et Annecy (F) pour défendre le droit d'asile, quelque 60 personnes sont arrivées samedi après-midi devant le siège du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) à Genève. Leur périple aura duré quatre jours.

Le droit d'asile est attaqué gravement dans tous les pays de l'espace Schengen-Dublin, a déploré Marc Giouse, membre du collectif Semelles d'asile, à l'origine de la marche. Le militant a pourtant rappelé que près de 150 pays ont signé la Convention de Genève sur le droit d'asile, dont on célèbre le 61e anniversaire.

Parmi les marcheurs se trouvaient des demandeurs d'asile. Trois d'entre-eux ont dû se résoudre à s'arrêter à la frontière franco-genevoise, car ils n'étaient pas autorisés à pénétrer sur le territoire suisse. Les marcheurs proviennent de divers horizons. Cette année, le plus jeune avait 14 ans, la doyenne 73 ans.

Pour M. Giouse, les mesures prises en Europe pour restreindre le droit d'asile ne sont que de mauvaises réponses à la crise. A ses yeux, il ne sert absolument à rien de rendre l'étranger responsable de tous les maux. "Aujourd'hui, on accueille, mais demain, on sera peut-être accueilli", a-t-il relevé.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS