Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

eDes poissons morts et des débris couverts de résidus huileux jonchent les plages de Hong Kong (archives).

KEYSTONE/EPA/VERNON YUEN

(sda-ats)

Plus de 90 tonnes d'huile de palme ont été ramassées en mer et sur les rivages de Hong Kong et une dizaine de plages fermées. Ces mesures sont consécutives à une collision entre deux bateaux, à l'origine d'un nouvel accident environnemental dans le territoire.

Des poissons morts et des débris couverts de résidus huileux jonchaient les plages de Hong Kong mercredi, six jours après la collision survenue dans l'estuaire de la Rivière des Perles.

Selon les médias locaux, environ 1000 tonnes d'huile de palme se sont répandues en mer après cette collision.

Cette pollution a déclenché la colère des habitants et des défenseurs de l'environnement, moins d'un an après l'arrivée d'une marée de déchets sur les côtes de Hong Kong. Les étiquettes retrouvées sur les débris indiquaient à l'époque qu'ils provenaient du territoire chinois.

Mardi soir, le gouvernement de la "région administrative spéciale" de Hong Kong a annoncé avoir collecté 93 tonnes d'huile de palme solidifiée et a ajouté que la quantité d'huile dans les eaux entourant le territoire diminuait.

Treize plages ont été fermées depuis l'accident.

On ne sait pas encore avec exactitude ce que sera l'impact de cette fuite sur l'environnement, notamment sur l'espèce menacée des dauphins blancs de Chine.

ATS